HABANA

 

La trentaine d’année révolue, un agent de la main d’œuvre non permanente (Monp) des Douanes a été retrouvé mort à son domicile, à Oyem, un lacet de chaussure autour de son cou. Suicide ou crime maquillé ? Les circonstances de cette mort restent à élucider.

A Oyem, des interrogations sur la mort d’un agent des Douanes. © D.R.

 

A Oyem, la semaine écoulée, rapporte le quotidien L’Union ce 7 septembre, Wilfried Mbome Mintsa, un agent de la main d’œuvre non permanente (Monp) des Douanes a été retrouvé mort à son domicile. Selon le journal, l’homme, la trentaine révolue, a été retrouvé avec un lacet vigoureusement attaché à son cou. Suicide par auto strangulation ou meurtre maquillé ? Selon le journal, la thèse du suicide est pour l’heure écartée, les premiers éléments laissent croire à un meurtre maquillé.

Car, assure le journal, «la victime ne présentait aucune trace sur le corps qui montre qu’il se serait débattu». A en croire le journal, des proches du défunt assurent que le jour de sa disparition, Wilfried Mbome Mintsa a été aperçu bien portant dans la ville. «Rien ne laissait paraître sur son visage une inquiétude particulière», commente L’Union qui rappelle qu’en poste à Oyem depuis quelques temps, Wilfried Mbome Mintsa était en détachement à Bibasse, un village situé à 25 km de la ville d’Oyem. Il vivait dans un logement de fonction attribué par son administration.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire