HABANA

Après avoir été reçus par le ministre de la Culture qui a assuré ne pas être en possession de leur dû, les artistes et prestataires ayant participé à la 4e édition du Festival Gabon 9 provinces ont été reçus par le chef du gouvernement qui leur a promis que les cachets seront disponibles cette semaine.

Quelques artistes lors de la grogne au ministère de la Culture. © Gabonreview

 

L’horizon semble s’éclaircir pour les artistes et prestataires ayant participé à la 4e édition du Festival Gabon 9 provinces. Entre appel au boycott de certains artistes, retard au démarrage, échec en termes de rendu et finalement grogne des artistes et prestataires réclamant leurs cachets qui auraient dû être versés depuis le 31 décembre dernier, cette édition 2020 fait parler d’elle depuis plusieurs mois.

Après avoir exprimé leur mécontentement après la longue attente et l’inertie du ministre de la Culture qui a finalement dit n’être pas en possession de leur dû, ces artistes et prestataires ont finalement été reçus par Rose Christiane Ossouka Raponda. Cette dernière, informe le site Gabonactu, a au cours de cette rencontre de clarification assuré qu’ils «seront payés dès la semaine prochaine» (Ndlr. Semaine du 1er février).

Si la rencontre a aidé a apaisé les tensions face à la détermination des artistes qui, au sortir de la rencontre avec le ministre de la Culture n’entendaient pas baisser les bras pour entrer en possession de leur argent, elle n’a pas pour autant permis d’éclaircir toutes les zones d’ombre. Les prestataires de cette 4e édition restent sur le qui-vive, même s’ils accordent le bénéfice du doute au chef du gouvernement. «Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Cela peut se faire, comme cela peut ne pas se faire», a déclaré Arnold Djoud.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Tien tiens le 3eme paragraphe est un peu instructif… nous savons tous que la confiance n’est pas la chose la ^plus partagée à Gabao mais de là à « dormir sur un seule œil » par rapport à la promesse des plus hautes autorités de la République il y a comme qui dirais « du grain à moudre ». L balle est dans votre camp chers gouvernants. Allez payez !!! Amen.

Poster un commentaire