" " Panne Facebook : Au Gabon, l’Arcep assure avoir travaillé pour un retour à la normale des différents services | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |
mdas

 

Durant près de 7 heures de lundi en fin de journée, un bug mondial a interrompu les réseaux Facebook. Au Gabon, le régulateur des communications électriques a dit avoir travaillé avec Facebook pour réparer cette panne. Son communiqué a enflammé la toile et été tourné en dérision par les internautes gabonais.

Selon Serge Essongue Ewanpango, l’Arcep était à pied d’œuvre pour rétablir le bug de Facebbok. © Capture d’écran/Gabonreview

 

Le 4 octobre en fin d’après-midi, les réseaux du groupe Facebook étaient déconnectés. Pendant près de 7 heures chrono, à partir de l’après-midi de lundi, Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien étaient hors service. Ce qui a affecté plusieurs millions d’utilisateurs dans le monde et au Gabon.

«Nous voulons d’abord rassurer les abonnés des différents opérateurs en disant qu’il s’agit d’une coupure mondiale qui impacte tous les continents et non d’une coupure locale», a dit sur les antennes de la télévision nationale, Serge Essongue Ewanpango, un membre du Conseil de régulation de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep).

Mieux, a voulu rassurer Serge Essongue poursuivant sa lecture, «les différents opérateurs et le régulateur sont actuellement à pied d’œuvre pour travailler à un retour à la normale des différents services». Si durant les premières heures de cette coupure, le porte-parole de Facebook indiquait, sur son compte Twitter, que les équipes travaillaient pour un retour à la normale le plus rapidement possible, l’Arcep a pour sa part assuré que les techniciens de ses démembrements travaillaient avec les représentants de Facebook à l’étranger. En clair, a laissé entendre Serge Essongue, durant de longues heures de la nuit du 4 au 5 octobre, les techniciens de l’Arcep ont dû gérer avec Facebook, une crise causée par un bug mondial.

Or, dans la nuit, Facebook a déclaré qu’un «changement dans la configuration» des routeurs du coeur de son réseau (backbone) «qui coordonnent le trafic entre nos data centers a provoqué un problème qui a interrompu les communications. Cela a perturbé le trafic et a eu un effet boule de neige sur la façon dont nos data centers communiquent, mettant tous nos services à l’arrêt». Au terme d’une recherche sur la toile, on note qu’acun autre régulateur national n’a indiqué avoir travaillé avec Facebook sur ses data centers pour la résolution du bug… sauf l’Arcep au Gabon.

L’Arcep moquée par les internautes

Très vite sur la toile mardi matin, les internautes gabonais ont tourné en dérision le communiqué de l’Arcep qui se voulait pourtant sérieux. «Franchement, chapeau au Gabon qui a déployé ses techniciens pour résoudre les problèmes de Facebook», a posté l’un d’eux avant d’ajouter, «les gars de l’Arcep ont fait des heures sup». «Jouer les plaisantins et dire des choses aussi stupides, c’est tout ce qu’on sait faire dans ce pays. Bravo à l’Arcep qui était à pied d’œuvre pour gérer ce bug !», aposté un autre. «L’Arcep peut travailler pour remettre Facebook en marche ? On comprend pourquoi n’importe quel charlatan peut faire prendre aux dirigeants de ce pays des vessies pour des lanternes», a commenté un autre.

Ceci d’autant plus que, indique-t-on, pour rétablir le bug «les ingénieurs de Facebook ont été envoyés dans l’un de ses principaux centres de données américains en Californie pour restaurer le service, ce qui signifie que le correctif ne pouvait pas être effectué à distance». Se confondant en excuses et insistant sur le fait que la panne était indépendante de la volonté des différents opérateurs qui exercent en République gabonaise, Serge Essongue a fini par «conseiller à ceux qui aiment utiliser les réseaux sociaux, ceux-là qui sont uniquement sur WhatsApp de télécharger s’ils ne l’ont pas déjà fait, des réseaux sociaux comme Signal et Telegram».

Un conseil qui n’a d’ailleurs pas laissé indifférents les internautes gabonais. «Le comble de la bêtise, on a atteint et dépassé le point de non-retour. C’est triste pour ce pays», a lâché l’un d’eux.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Likassa dit :

    L’ARCEP à sauvé Marc Zuckerberg de la faillite 🙂🙂🙂 Bravo les mecs, si votre honte n’a plus de limite, sachez que la notre oui. Arrêtez de raconter des bêtises que vous aller encore taxer/voler aux contribuables gabonais. Quel pays !

  2. MBOMA dit :

    Bonjour j’ai été victime d’anomalie et de perturbations et cela m’a fait perdre près de 4gigga de forfait.maintenent qui doit nous dédommager.

Poster un commentaire