HABANA

Le Syndicat national des écogardes du Gabon (Syneg) a déposé un préavis de grève sur la table de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), le 27 septembre. Les écogardes menacent d’entrer en grève générale illimitée le 6 octobre prochain, s’ils ne perçoivent pas entre temps leur deux mois d’arriérés de salaire.

Les écogardes réclament deux mois d’arriérés de salaires. © Capture d’écran I Gabonreview

 

Excédés par les arriérés de salaire, les écogardes sont dans l’impasse. Dans un courrier adressé au secrétaire exécutif de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), le 27 septembre, le Syndicat national des écogardes du Gabon (Syneg) a menacé d’entrer en grève générale illimitée le 6 octobre prochain, si ses membres ne rentrent pas en possession de leurs émoluments.

«A ce jour, nous sommes à deux mois d’impayés de salaire», a affirmé le secrétaire général du Syneg. «Ce qui amène le syndicat à exiger le paiement intégral des deux mois au plus tard le 5 octobre 2021, auquel cas il se réserve le droit d’entrer en grève générale illimitée le 6 octobre 2021 à 7h30, dans l’ensemble des réseaux des 13 parcs et aires protégées du Gabon», a annoncé Sosthène Ndong Engonga.

Depuis plusieurs années, le retard de paiement des salaires est devenu récurrent à l’ANPN, au point que les écogardes ne savent plus où donner de la tête. Encore plus en cette période de rentrée des classes. «Le retard dans le paiement des salaires est considéré comme une faute grave de l’employeur et ce, que ce manquement soit justifié ou non par des raisons légitimes», a souligné Sosthène Ndong Engonga.

Parmi les missions de l’écogarde figurent  la surveillance de sites (forêt, littoral, milieux aquatiques, réserve naturelle, etc.), la protection, la sauvegarde du patrimoine naturel et la préservation de la biodiversité. Une grève de ces acteurs pourrait laisser plus de champ libre au braconnage.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire