mdas

 

Le coût total des travaux n’a pas fuité concernant le chantier en cours à l’hôtel des Affaires étrangères. Si au terme de 12 mois de chantier, l’infrastructure extérieure ne changera pas beaucoup, l’intérieur sera cependant complètement transformé dans le sens de la modernisation, de la fluidité entre services et d’une mise en exergue l’identité gabonaise pour ce qui est du design intérieur. Ce qu’il y a d’essentiel à savoir sur ce chantier.

À l’angle du boulevard de l’Indépendance (bord de mer) et du boulevard Triomphal Omar Bongo, l’ancien hôtel des Affaires étrangères du Gabon, le 17 décembre 2021 © Gabonreview

 

Construit une année auparavant et livré en 1977 dans le cadre du sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA devenue Union Africaine – UA), l’hôtel des Affaires étrangères à l’angle du boulevard de l’Indépendance (bord de mer) et du boulevard Triomphal Omar Bongo, va entamer une nouvelle vie l’année prochaine, au terme des travaux de réhabilitation tout dernièrement entamés.

© Gabonreview

Défectuosités relatives au vieillissement

En juin 2018, du fait d’une fuite de gaz ayant causé la panique des fonctionnaires, le bâtiment a été évacué et la centrale diplomatique gabonaise déplacée dans le quartier huppé de Batterie IV. L’immeuble comportait en effet bien de défectuosités relatives à son vieillissement. La climatisation et les ascenseurs, par exemple, ne fonctionnaient plus.

Depuis un peu plus d’une quinzaine de jours, des ouvriers s’activent autour de l’immeuble abandonné, les baies vitrées et autres ouvertures sont démontées, ne laissant intact que l’armature de béton. De nombreux passants croient que l’immeuble va être entièrement démoli. « Que nenni ! », soutient un hiérarque du ministère des Affaires étrangères précisant : «le président de la République tient à cet immeuble emblématique de notre diplomatie. Il a régulièrement interpellé le ministre pour sa réhabilitation, surtout qu’il est placé sur le front de mer.» L’infrastructure et sa localisation constituent en effet «l’adresse même du ministère des Affaires étrangères» à travers le monde, selon le mot d’Alain-Claude Bilie-By-Nze, prédécesseur de l’actuel chef de la diplomatie gabonaise.

© Gabonreview

Appel d’offres, amiante, etc.

Annonçant les choses, le ministre des Affaires étrangères, Pacôme Moubelet Boubéya, indiquait en août dernier sur le plateau de l’émission ‘’Face à Vous’’ que «le président de la République sait qu’il y a eu un appel d’offres, il n’y a pas très longtemps, au premier trimestre de cette année, que cet appel d’offres a été ouvert, qu’il a été fructueux, que le ministre du Budget a procédé à la signature des contrats, que les travaux vont reprendre bientôt, très bientôt».

Le marché a donc échu à la Gabonaise de travaux annexes du bâtiment (GTAB) qui s’active actuellement sur le chantier. Si une rumeur persistante invoquait la nécessité d’un désamiantage de l’immeuble, une source proche du dossier confirme plutôt l’absence totale d’amiante dans l’édifice. «Il sera plutôt question de démonter toute la plomberie, tuyauterie et canaux du système de climatisation centrale dont les fuites de gaz fréon menaçaient la santé des fonctionnaires».

© Gabonreview

Transformations et interior design

Outre les ascenseurs vétustes à remplacer, l’intérieur de l’immeuble et toutes ses cloisons vont être démontés ainsi qu’on peut le voir en passant devant le chantier. Ainsi, la configuration et l’architecture intérieure de l’ensemble va totalement changer. Si, en plus d’un bureau digne de ce nom, le ministre bénéficiera d’une salle de réunion spéciale pour hôtes de marque, les autres bureaux de l’édifice seront en open space, sauf pour certains directeurs.

Destiné à accueillir les diplomates étrangers et autres hautes personnalités, une grande attention sera consacrée à la décoration intérieure. «Le Gabon étant un promoteur du ‘’pétrole vert’’, c’est-à-dire des ressources forestières, le ministre Pacôme Moubelet, a donné un cahier des charges strict : priorité au bois pour ce qui est de la décoration intérieure et du mobilier de bureau. L’esprit de nos forêts et la beauté de nos essences de bois doivent être mis en exergue», explique un membre du cabinet du ministre des Affaires étrangères. En ce sens le hall du rez-de-chaussée arborera des œuvres d’art du pays et comportera une salle d’apparat ou de fêtes. Les premiers étages auront tout le confort nécessaire pour accueillir les visiteurs étrangers, des salles de réunions et de conférence et peut-être même un petit amphithéâtre, selon certaines sources.

L’immeuble des Affaires étrangères a déjà été réaménagé à la fin des années 90 avec un prêt du Canada. L’annexe, occupée à partir de 2011, a été ajoutée sur fonds propres. Mais celle-ci ne sera pas réhabilité dans l’élan actuel. Le cabinet du ministre des Affaires étrangères laisse entrevoir d’autres projets annexes visant à regrouper l’ensemble des services, y compris une académie diplomatique devant former les fonctionnaires des services diplomatiques et consulaires. Le montant de la réhabilitation en cours de l’hôtel des Affaires étrangères n’a pas fuité, mais la durée des travaux est fixée à 12 mois.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. isidore dit :

    Pays extrêmement riche. Mais les matières grises extrêmement pauvres. Comprennent qui pourra.

Poster un commentaire