HABANA

 

Le Gabon a été retenu par l’Union africaine (UA) pour abriter son centre spécialisé dans la surveillance des pêches. Le projet a été visité par le ministre de la Pêche, le 8 avril à Nkok.

Biendi Maganga Moussavou lors de la visite du centre de surveillance de pêche, le 8 avril 2021 à Nkok. © Twitter

 

Revendiquant un leadership dans la préservation des écosystèmes marins et la pêche durable, le Gabon a été retenu par l’Union africaine (UA) pour abriter son centre spécialisé dans la surveillance des pêches. Celui-ci, situé dans les locaux de l’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (Ageos) à la Zone économique à régime privilégié (Zerp) de Nkok, a été visité le 8 avril par le ministre de la Pêche.

«Nous sommes ici parce que le Gabon a été désigné pour abriter un centre d’excellence de pêche. Nous avons conçu ce projet comme une plateforme qui devrait offrir un plateau de prestations en matière de formation des observateurs à bord, enquêteurs, techniciens dans la surveillance ; mais également dans l’interprétation des attitudes des bateaux en mers et identification de bateaux pirates, etc.», a expliqué Biendi Maganga Moussavou sur Twitter.

Le centre va ainsi bénéficier de l’outil de l’Ageos, l’Ageos accomplit ses missions de surveillance satellitaire dans de nombreux domaines : forestier, maritime, avec des implications dans les secteurs agricole, infrastructurel, urbanistique, sanitaire, éducatif, etc. La délégation de l’UA s’est montrée impressionnée par le futur centre de surveillance.

«Je crois que le centre est à la hauteur pour être considéré comme un pôle d’excellence de l’Union africaine», a confessé la commissaire de l’UA chargée de l’Agriculture. «Je suis également impressionnée par l’expertise. Il y a des compétences dans ce centre et qui plus est, sont nationales. Et c’est ce que nous voulons, que nos jeunes profitent de cette innovation technologique pour participer au développement de notre continent», a déclaré Josépha Sacko.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire