TATIE

Deux chalutiers transportant plus d’une tonne de raies et leurs nageoires ont été interceptés au large des côtes gabonaises, le 8 août dernier. Une arrestation réalisée dans le cadre de l’opération Albacore, une campagne de lutte contre la pêche illégale, non réglementée et non déclarée (INN).

Menée conjointement par l’ONG Sea Shepherd et les autorités gabonaises, l’opération Albacore a intercepté, le 8 août 2020, deux chalutiers transportant plus d’une tonne de raies et leurs nageoires. © Sea Shepherd

 

Menée conjointement par l’ONG Sea Shepherd et les autorités gabonaises, l’opération Albacore vient de réaliser une nouvelle prise. Au cours d’une inspection de routine du chalutier local le GuoJi 826, le 8 août dernier au large des côtes gabonaises, les inspecteurs de pêche ont découvert une capture comprenant deux espèces de raies interdites à la pêche, dont l’une à laquelle les nageoires avaient été coupées. Les inspecteurs ont également mis la main sur cinq tonnes métriques de poissons-chats de mer à tête rugueuse, une espèce dont la pêche est interdite dans les eaux gabonaises.

L’abordage du chalutier voisin, le Guoji 866, a conduit à la découverte de nageoires de raies supplémentaires, le capitaine ayant révélé aux enquêteurs que davantage de caisses de nageoires se trouvaient dans la cale frigorifique, dissimulées sous d’autres cartons de poissons. Afin de garantir que les preuves ne puissent être ni altérées ni détruites, le ministre de la Pêche a ordonné que les Guo Ji 826 et Guo Ji 866 soient placés sous arrêt et escortés par  la marine gabonaise et le Bob Barker (navire de Sea Shepherd) jusqu’au port de Libreville.

Une investigation plus poussée menée après l’arrivée au port a mis à jour un total de 40 caisses (800kg) de raies et de 13 caisses (260 kg) de nageoires, comptant notamment la Dasyatis margarita, une espèce protégée et menacée d’extinction. «L’arrestation de ces deux chalutiers souligne la nécessité de continuer à mener des contrôles des pêches en mer malgré la pandémie», a affirmé le capitaine du Bob Barker. «Ces crimes n’ont pu être détectés que grâce à la diligence des autorités chargées de l’application de la loi au Gabon, assistées par l’équipage du Bob Barker de Sea Shepherd, qui poursuivent courageusement leurs activités au large, malgré la crise du Covid-19», a souligné Byron Carter.

Depuis 2019, la découpe des ailerons et nageoires de requins, raies et rajidés a été strictement interdite dans les eaux gabonaises. Sea Shepherd Legal, un cabinet de loi environnementale associé à Sea Shepherd, soutient actuellement le gouvernement gabonais dans la création du premier sanctuaire pour requins africains. «Sea Shepherd félicite le leadership du Gabon pour la protection des requins et des raies, ainsi que pour sa volonté de continuer à faire observer l’application des règles de pêche en mer en période de pandémie», a déclaré Directeur des campagnes de Sea Shepherd.

«Les braconniers opèrent sans relâche, même en temps de pandémie. Il en va de même de notre vaillante coalition d’inspecteurs des pêches, d’éco-gardes et de la Marine du Gabon avec l’équipage de Sea Shepherd», a  affirmé Peter Hammarstedt. L’opération Albacore est une campagne de lutte contre la pêche illégale, non réglementée et non déclarée (INN) dans les États côtiers d’Afrique occidentale du Gabon, Sao Tomé-et-Principe,  Bénin et Tanzanie. Depuis 2016, l’opération a permis l’arrestation de 54 navires dans le cadre d’une pêche illégale ou autres crimes associés.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Mopty dit :

    Que l’opération Albacore aille arrêter tous ces grands bateaux chinois qui rasent les fonds de mer aux larges des côtes gabonaises et arrête de s’en prendre au petit peuple. C’est toujours plus facile de s’en.prebdre aux plus faibles…

Poster un commentaire