GR

L’édition 2020 de l’Indice de performance environnementale (IPE) qui analyse des politiques environnementales dans le monde, classe le Gabon à la 3e place continentale et 76e mondiale parmi 180 pays dont 51 africains, sur la base de 32 indicateurs de performance à travers 11 catégories.

Le Gabon de part ses engagements et sa politique de la préservation de l’environnement, vient de gagner 69 places en 24 mois au classement de l’Indice de performance environnementale. © D.R.

 

Situé au cœur du second poumon de la planète, le Bassin du Congo, le Gabon de par ses engagements et sa politique de préservation de l’environnement vient de gagner 69 places en 24 mois au classement de l’Indice de performance environnementale. En 2020, le pays occupe la 3e place continentale et 76e mondiale parmi 180 pays dont 51 africains, sur la base de 32 indicateurs de performance à travers 11 catégories. C’est du moins ce qu’affirme le classement 2020 de l’Indice de performance environnementale (IPE), publié en juin par des chercheurs des universités de Yale et Columbia.

Ce rapport publié tous les deux ans vise à évaluer et comparer l’efficacité des politiques environnementales mondiales. Ses indicateurs permettent de détecter les problèmes, de fixer des objectifs, de suivre les tendances, de comprendre les résultats et d’identifier les meilleures pratiques politiques environnementales. L’évaluation tient compte de la santé environnementale, de l’assainissement et de l’accès en eau potable, de la gestion des métaux lourds, du changement climatique, du traitement des ressources en eau, de la qualité de l’air, de la gestion des déchets, de la viabilité de l’écosystème, de la biodiversité, des services de la pêche, etc.

Avec un score de 45,8 points sur 100, le Gabon se voit attribuer d’excellents scores sur la majorité des indicateurs à l’exception de quelques un : santé environnementale (27,9), qualité de l’air (28,2), assainissement avancé et l’eau potable (27,6), gestion des déchets, gestion de la pêche (7,3). Par contre, les performances remarquables sont enregistrées au niveau de la vitalité des écosystèmes. Grâce à sa superficie boisée s’étendant sur 220 000 km2, soit 82 % du territoire, le pays décroche un indice de (57,8) sur la vitalité des écosystemes ; les services écosystémiques (44,7) ; le changement climatique (63,8) et l’émission de la pollution (90,2).

Dans la région d’Afrique centrale, le Gabon se classe leader et est suivi par la Guinée équatoriale (115e), Sao Tomé et Principe (119e), la RCA (124e), la RD Congo (125e), le Cameroun (139e), le Congo (152e), le Tchad (172e). Les mauvais élèves du continent sont la Côte d’Ivoire (176e), la Sierra Leone (177e) et le Liberia (180).

 
GR
 

2 Commentaires

  1. actu dit :

    En quoi cette pub faite a Lee white profite t-elle aux Gabonais?

    Est ce sur ce site que Lee white fait desormais sa pub ou campagne(defense) face aux lourdes accusations de detournements qui pesent sur lui?

    Ou du moins expliquez nous la pertinence de cet article sur le quotidien du Gabonais Lambda?…

    • Serge Makaya dit :

      J’ai l’intime conviction que le Gabon ne nous appartient plus. Je dirai même sur un plus général, les nations n’appartiennent plus aux autochtones. Ouvrons les yeux. Le nouvel ordre Mondial s’installe petit à petit à notre insu. A Ntare Nzame !!!

Poster un commentaire