GR

Les organisations de la société civile, membres de la plateforme « Gabon ma terre, mon droit » (GMTMD), viennent de saisir Ali Bongo sur l’exploration pétrolière dans le parc national de Moukalaba-Doudou. Estimant que cette prospection ne cadre pas avec les prétentions environnementales du président gabonais, les organisations de la société civile ont demandé le «retrait pur et simple du décret portant autorisation d’exploration pétrolière dans le parc national de Moukalaba-Doudou».

Des touristes dans le parc de Moukalaba-Doudou. © carnetsdevoyages.jeanlou.fr/

 

Accordée à industriel, lors du conseil des ministres du 31 janvier, l’exploration pétrolière dans le parc national de Moukalaba-Doudou inquiète les organisations de la société civile, membres de la plateforme « Gabon ma terre, mon droit » (GMTMD). Dans un courrier daté du 7 février, adressé au président de la République, les organisations de la société civile s’interrogent «sur quelle base scientifique une telle décision a été prise».

Selon l’article 12 de loi 3/2007 du 27 août 2007, relative aux parcs nationaux, l’autorisation de prospection est subordonnée à l’avis de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), motivé par un rapport du Comité scientifique prévu à l’article 38 de la même loi. Or, ledit comité n’a jamais été mis en place. Sur cette base, les organisations de la société civile, membres de GMTMD, demandent à Ali Bongo de donner des instructions afin qu’elles puissent rentrer en possession du rapport.

Les organisations de la société civile rappellent par ailleurs, qu’en cas de découverte pétrolière, il peut être procédé à une exploitation après déclassement de tout ou une partie parc national. Or, l’article 8 de la même loi précise que le déclassement donne lieu à une compensation territoriale préalable, c’est-à-dire au classement d’une zone similaire représentative du même écosystème et du même niveau de biodiversité biologique. «Sur ce point aussi, nous vous serons reconnaissants d’instruire le gouvernement de nous permettre d’accéder aux résultats des prospections biologiques», ont-elles demandé au président gabonais.

Moukalaba-Doudou fait la réunion de deux anciennes aires protégées, Moukalaba et Monts Doudou, qui ont été réunies en un parc national, par décret n° 616 /PR/MEFEPEPN du 30 août 2002. Ce site se trouve dans le sud-ouest du pays, entre les parcs nationaux de Loango et Mayumba. Moukalaba-Doudou comporte des habitats très divers : forêts tropicales humides et savanes arbustives.

«Monsieur le président, la décision autorisant la prospection pétrolière dans le parc national de Moukalaba-Doudou remet en cause la vision du président Omar Bongo de faire du Gabon la Mecque de la nature, tout comme elle ne cadre pas avec votre engagement pour la biodiversité biologique. Elle est même de nature à entacher votre leadership mondialement reconnu», ont estimé les organisations de la société civile.

Comptant sur la «sagesse» et l’«engagement» d’Ali Bongo au service de la nature, les organisations de la société civile membres de GMTMD, ont souhaité le «retrait pur et simple du décret portant autorisation d’exploration pétrolière dans le parc national de Moukalaba-Doudou».

 
GR
 

3 Commentaires

  1. le parc dit :

    oui mais quand le conservateur de l’arboretum de sibang kevin lekogo kiana se permait de spolier des terrains de malibet avec ses equipes quest ce quon fait

  2. Axelle MBALLA dit :

    il est malheureux que le système des BONGO ait transformé toute cette région (je parle de ses cadres et dirigeants) en lavettes..Tout le monde sait qu’il s’agit d’un axe pétrolifère important dont le basculement s’étire jusqu’à Gamba. A ce propos, pourquoi Albert Bernard BONGO A-T-IL RETIRÉ AVEC LA COMPLICITÉ DES HOLLANDAIS, LE DISTRICT DE gamba qui appartient bien à la Nyanga pour le greffer en deux phases à l’Ogooué Maritime (d’abord érigé en disctrict autonome, puis plus tard définitivement rattaché à l’Ogooué-Maritime? Quelqu’un pourrait-il dire pourquoi Benjamain NGOUBOU avait-il été éjecté du gouvernement de l’époque? Et pourquoi Jean Marie BIANGUE n’at-il jamais été aimé de BONGO quelques temps après le gouvernement de 1961? Nous avons une histoire du crime économique, institutionnel et intellectuel très riche. On n’en parle pas…On fait semblant…Tout lenmonde est content du désastre dans lequel avait juré BONGO père de verses le Gabon…Arrêtez vos blagues…La nuyit tombée, on sait ce que vous faites…

Poster un commentaire