HABANA

Épinglé plusieurs fois pour piratage audiovisuel et moult fois sanctionné et contraint à des amendes par la Haute autorité de la communication, l’opérateur libanais Satcon reste droit dans ses bottes. Il est accusé par plusieurs diffuseurs de reprendre le signal de leurs programmes sans en détenir les droits de diffusion.

SatCon est accusé par plusieurs diffuseurs de reprendre le signal de leurs programmes sans en détenir les droits de diffusion. © D.R.

 

Agacés par les actes de piratage effrénés de SatCon, BeIN Sports, Canal+ International, Gabon Télévision, LaLiga, la Motion Picture Association, Startimes, Thema, TNT Africa et l’UEFA sont montés au créneau pour condamner fermement la diffusion illégale au Gabon par l’opérateur SatCon de leurs programmes et certaines compétitions de football.

«Nous déplorons que les diffusions illicites de SatCon se poursuivent malgré les nombreuses plaintes et les condamnations judiciaires et administratives successives des autorités gabonaises», souligne le communiqué des plaignants. Cependant, aucune de ces entités plaignantes n’a transmis au gendarme des médias un document faisant foi de ce qu’ils détiennent l’exclusivité de diffusion des programmes de l’UEFA au Gabon. En l’absence d’un tel document, la Hac assure ne pas pouvoir statuer sur cette situation présumée de piratage audiovisuelle et de diffusion illégale de certains programmes.

«Il y a une commission qui a été mise en place et la plénière statuera sur la décision que rendra la commission ad hoc. S’il faut sanctionner SatCon, on le fera, mais avant de le faire, il nous faut avoir les contrats qui lient ces différents opérateurs et chaînes de diffusion à l’UEFA», a indiqué une source proche de la Hac. Selon cette dernière, cette opération conjointe serait chapeautée par l’opérateur satellite français Canal+ international.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire