GR

Présente sur les réseaux sociaux pour les besoins de l’interaction avec la population, la page Facebook ‘’Police judiciaire’’ de Port-Gentil fait le buzz ces derniers jours avec des publications à la fois ironiques et peu orthodoxes.

La page Police judiciaire de Port-Gentil fait le buzz ces derniers jours sur Facebook avec des publications à la fois ironiques, mais aussi peu orthodoxes. © Gabonreview/Capture d’écran

 

Si être sur le Net est désormais une nécessité pour toute entité sérieuse désirant être proche de ses interlocuteurs, la Police Judiciaire, notamment de l’antenne de Port-Gentil, a su se mettre au diapason du numérique. Elle a créé un page Facebook à travers laquelle elle sensibilise et interpelle régulièrement la population de la ville pétrolière sur le respect de la loi. Sauf que parfois, les messages courts et communiqués diffusés laissent perplexes. Ce, au point que la direction a dû, récemment, faire un communiqué pour s’en excuser.

On pouvait en effet trouver sur ladite page des messages du genre «Tu vis à Port-Gentil ? Tag deux potes dealers, un beau et un vilain, puis laisses les choisir qui est qui», «Petit jeu ! Si tu vis à Port-Gentil et tu as déjà fumé le chanvre, mets un cœur en commentaire» ou encore «tu vis à Port-Gentil et tu connais un bar qui ouvre ? Tu y vas même souvent ? Mentionne le nom et le quartier. On viendra boire avec vous !», «Tu as un ami qui consomme de la drogue, qui boit de l’alcool et qui rentre après le couvre-feu ? Mentionnes le sans raison».

Des messages qui n’ont pas manqué de susciter des commentaires, des plus sérieux au plus saugrenus. «Les gars vous prenez aussi les gens hors de Port-Gentil ? J’ai des amis à Ntoum-là qui ne veulent pas comprendre» ou encore «je connais un grand bar qui ne cesse de produire la boisson alors que les petits bars sont fermés. Le nom de ce grand Bar est la Sobraga. Il suffit de fermer ce grand bar et la solution est trouvée».

Jusque-là tout allait bien. Mais le 19 juin dernier, on a pu lire sur la même page «tu es parti fumer ton chanvre, tu rentres après le couvre-feu. On te braque, tu nous appelles. De faire quoi ? Pardon on a pas le carburant !». Un texte qui n’est que passé inaperçu auprès des internautes qui n’ont pas manqué d’accabler la police. «Aucune honte et aucun scrupule. Je vous comprends. Ce post est à l’image de vos capacités intellectuelles», peut-on lire en commentaire, tandis qu’un autre internaute déclare : «Je ne pense pas que cette page soit officielle et tenue par un OPJ (Officier de police judiciaire) ou un APJ (Agent de police judiciaire) parce qu’il saurait que cette phrase est d’une gravité incommensurable que son auteur peut être sanctionné par la police des polices …».

Face à la levée de boucliers, la Police Judiciaire de Port-Gentil a présenté ses excuses aux lecteurs de la page. «Nous nous excusons auprès des populations de Port-Gentil pour nos dernières publications sur les réseaux. Des publications qui ont dû, pour certaines, heurter la sensibilité de la plupart», explique-t-elle, ajoutant qu’«il semblerait que notre Community Manager (CM) rencontre des problèmes personnels et, connaît surtout un trouble de la personnalité».

Du fait de la pression du public, le Community manager a été sanctionné d’une mise à pied assortie d’une amende. «Il est donc à partir d’aujourd’hui démis de ses fonctions», a annoncé la page, envahie désormais par des messages de compassion à l’endroit de ce Community manager. «Vous êtes en train de faire une grande erreur…. Votre CM a développé un style de communication très limpide qui a poussé la population à vous suivre. Chez nous, l’innovation n’est pas toujours la bienvenue. Vraiment dommage !».

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire