TATIE

Le Réseau de femmes de théâtre et assimilées (Refetha) organise du 21 au 23 décembre, avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophone (OIF) et l’Unesco, un atelier de renforcement des capacités des femmes artistes, actrices et opératrices culturelles.

Ouverture de l’atelier de renforcement des capacités des femmes artistes, actrices et opératrices culturelles. © Gabonreview

 

Une quinzaine de femmes actrices et opératrices culturelles issues de la société civile et les professionnelles des arts et du patrimoine exerçant dans les administrations culturelles, participent depuis le 21 décembre à un atelier de renforcement de capacités à Libreville, organisé par le Réseau de femmes de théâtre et assimilées (Refetha), étalé sur trois jours.

Cet atelier se déroule en session plénière, sous trois composantes. La première porte sur des discussions avec l’ensemble des participantes. Elle permettra de donner une photographie de leur perception de l’implication des femmes comme actrices dans ce secteur. La seconde sera constituée d’exposés d’experts et la troisième phase portera sur la formulation des recommandations et la prise d’engagements par les participantes.

© Gabonreview

«Je voudrais inviter les femmes artistes, actrices et opératrices culturelles participantes au présent atelier à s’approprier véritablement, les outils qui seront mis à notre disposition pour accroître nos qualités et nombre dans ce secteur culturel qui chaque jour montre son importance dans la vie de la Nation. Il s’agit des tendances actuelles des industries culturelles et créatives qui pourraient lever un voile nouveau sur la diversification des sources de l’économie gabonaise», a déclaré la présidente du Refetha, Claude Charlène Mounguengui.

Au terme de cette rencontre ces femmes actrices et opératrices culturelles disposeront d’outils pour améliorer et accroître leur présence dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques culturelles y compris leur autonomisation au Gabon. Cette expertise facilitera la création d’un réseau opérationnel de femmes actrices et opératrices culturelles.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire