HABANA

Accusant la compagnie pétrolière Perenco de pollutions à grande échelle à Etimboué, des organisations non gouvernementales (ONG) qui ont entrepris des actions en justice contre la franco-britannique, ont décidé d’intensifier leur campagne contre la société.

Une preuve de pollution de Perenco à Etimboué selon le ROLBG. © ROLBG

 

Depuis octobre dernier, le Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance (ROLBG), d’autres organisations non gouvernementales (ONG) et les communautés locales, tirent la sonnette d’alarme quant aux pollutions à grande échelle de la compagnie pétrolière franco-britannique Perenco, à Etimboué dans la province de l’Ogooué-Maritime. Selon eux, les déversements d’hydrocarbures issus des sites de production pétrolière sont réguliers et empoisonnent les cours d’eau, l’air et les terres. A l’origine de cet état de fait, assurent ces ONG, la vétusté et le manque d’entretien des installations de la compagnie pétrolière.

Si Perenco a annoncé le 4 février qu’«une enquête est actuellement en cours en vue de déterminer les causes exactes» des faits de pollution, les ONG qui mènent une campagne de dénonciation des activités de Perenco taxées d’«opaques et criminelles»  ont annoncé le 5 février qu’elles sont présentement sur le terrain à Etimboué. «Nous attendons par cette présence active sur le terrain, résolument intensifier notre campagne contre les pollutions à grande échelle générées par Perenco dont les effets sont dévastateurs sur les écosystèmes et la santé des populations riveraines», a informé, Georges Mpaga, le président du ROLBG, par ailleurs originaire de la localité.

L’entreprise dit avoir enregistré des faits récents de pollution et mis en place des actions pour les circonscrire, nettoyer et procéder au traitement des déchets et dit se réserver la primeur des informations quant à l’enquête actuellement en cours. Mais la société civile assure pour sa part qu’elle récolte, «encore plus de preuves accablantes contre Perenco dans le cadre des multiples procédures judiciaires en cours au Gabon et à l’international». «Nous sommes plus que convaincus de la responsabilité globale de Perenco  par rapport aux différents crimes qui lui sont imputables», a précisé Georges Mpaga. Lui et les siens dénoncent «avec fermeté, la propagande mensongère de Perenco, pollueur criminel. Une multinationale mafieuse et opaque».  Avec les communautés locales victimes de ces pollutions, ils appellent Perenco «à faire profil bas que de verser dans des déclarations maladroites qui vont davantage la discréditer pendant que ses actions criminelles à Etimboue sont connues du monde entier».

 
GR
 

1 Commentaire

  1. H2oGabon dit :

    Le reportage video diffusé en direct par Bernard Christian Rekoula (ROLBG) à Etimboué le 2 Février 2021 est en effet implacable.
    A voir sur notre site internet :

    https://h2ogabon.blogspot.com/2021/02/perenco-pretend-avoir-nettoye-ces-zones.html

Poster un commentaire