mdas

 

Entre culées détachées et détérioration de certains joints sur les ponts d’Isaac et d’Adouma à Lambaréné, la population est inquiète.  Sur les lieux le week-end dernier, le ministre en charge des Infrastructures a affirmé qu’il n’y a pas d’inquiétudes à se faire pour l’heure.

Une vue du pont de Lambaréné qui inquiète. © Capture d’écran/Gabonreview

 

«Le pont d’Isaac comme le pont d’Adouma, sur le plan purement structurel, il n’y a pas d’inquiétudes particulières à se faire», a déclaré le 21 mai, le ministre en charge des Travaux publics. Léon Armel Bounda Balonzi était, avec des experts de son département ministériel, à Lambaréné au centre du Gabon où il est allé, dit-il, «regarder visuellement les dégradations qui ont été signalées pour faire une inspection d’abord visuelle».

Entre culées détachées et détérioration de certains joints sur ces ponts et particulièrement celui d’Isaac, beaucoup d’usagers et habitants de la ville sont ont fait part de leurs craintes sur la détérioration de ces ouvrages vieux d’un peu plus de 4 décennies.

«Nous avons regardé toutes les dégradations sur le pont», a déclaré Léon Armel Bounda Balonzi. «Nous pensons que la structure que nous avons vu tient sérieusement et a encore beaucoup d’années devant elle» a-t-il ajouté, indiquant que si les ouvrages sont encore viables, il est important de les entretenir. «Et c’est pourquoi nous avons constaté qu’il y a quelques défauts sur certaines culées, certains joints que nous allons remplacer» a-t-il informé, précisant que les experts devront proposer des solutions pour remettre à niveau ces ouvrages qui sont «encore très durables».

Selon ces experts, la détérioration observée est due à la vétusté de l’ouvrage en plus des impacts causés par des bateaux ainsi que le courant marin qui aurait également des effets sur l’infrastructure. «Les ponts d’Isaac et d’Adouma sont des ouvrages très importants dans notre réseau routier et qui permettent de relier Libreville au sud du pays. Ces ouvrages ont été construits depuis plusieurs années notamment en 76 quasiment par une entreprise hollandaise», a déclaré Léon Armel Bounda Balonzi.

 
GR
 

8 Commentaires

  1. Lavue dit :

    Qu’est-ce qu’il peut y comprendre ce ministron. Ailleurs ce sont les ingénieurs, Techniciens et autres cabinets d’experts qui se prononcent. Au pays de la politique du ventre, les responsables doivent tout faire pour paraître, pour exister sur une scène que personne pourtant ne leur dispute.

    Ils doivent apprendre à la fermer ces parachutés et laisser intervenir les personnes techniquement habilitées et qui rassurent mieux les populations.

    • NGUEMA BONGO dit :

      @Lavue
      si vous resté à juste regarder et ne rien comprendre d’une phrase, vous devez aussi laisser les connaisseurs s’exprimer. Il est certes jeune ce ministre, il bénéficie d’une expérience technique solide dans la structure des matériaux, il avait déjà occupé le poste de Directeur Général du laboratoire National du BTP. Il y a certainement des choses à dire, sauf qu’il arrêter de penser que dans tout le gouvernement il n’ya que des parachutés et des têtes vides. Soyons prudents dans nos jugements. Le Ministre est ingénieur génie-civil pour le début de ta compréhension. Ce pont mérite des travaux qui ne sont certes pas à la hauteur d’inquiéter les populations de Lambaréné qui l’utilisent en l’état depuis kala kala.

  2. Personne dit :

    …un titre qui ne correspond pas a l’image de notre pays venant d’un M.

  3. MONSIEUR A dit :

    @ Lavue: Tout à fait d’accord avec votre point de VUE.

    Un Ministre ne doit pas se prononcer sur un aspect Technique aussi important; il convient de laisser cela à ses ingénieurs et autres cabinets d’expertises.

    A la seule vue de l’image, même un élève de la série F4 du LTNOB apportera un démenti aux paroles du Ministre des TP.

    • Biswe dit :

      Si vous pouvez en dire autant sur la simple vue de l’image, pourquoi pas lui?

      Par ailleurs, cela démontre aussi que vous n’êtes pas de Lambaréné car ses habitants savent que ce que vous voyez, ils le voient eux, depuis 1976, c’est-à-dire depuis la construction de ces deux ponts.

      Mefiez-vous donc de ce que vous voyez, même si on peut aisement supputer du fait de son âge, de son importance dans le réseau routier national que cette strucuture devrait faire l’objet d’une attention particulière, celle qu’on porte aux ouvrages de cette nature.

  4. paul dit :

    Mr. ARMEL est un ingénieur en génie civil pour la petite info et a étudié a Bamako(Mali)

  5. Dante dit :

    Le ministre là fume quelle qualité de chanvre comme ça ?

  6. Mavoungou mabounda djeff dit :

    Je dirais tout simplement de rendre à César ce qui est à César et à DIEU ce qui est à DIEU
    Rappelons tout simplement les Hollandais pour ce travail tout simplement

Poster un commentaire