HABANA

 

La Cour d’appel de Port-Gentil, statuant en matière criminelle, le 19 avril dernier, s’est penché sur l’affaire opposant Michael Nguema Ndong, 40 ans, accusé pour le meurtre de sa petite-amie, à Jean-Michel Azozet Makanga, le père de la victime, représentant la défunte. Le quarantenaire a écopé de 30 ans de prison.

Michael Nguema Ndong, à la barre, le 19 avril 2021. © Gabonreview

 

Pour le meurtre de sa petite-amie, le 19 octobre 2018, à Port-Gentil, sieur Michael Nguema Ndong, la quarantaine, a été condamné à 30 ans de prison et à 500.000 francs CFA d’amende, le 19 avril dernier, par la Cour d’appel de cette ville. Il était opposé dans cette affaire au père de la défunte, Jean-Michel Azozet Makanga.

© Gabonreview

Les faits remontent à la nuit du vendredi 19 octobre 2018 au quartier Transfo dans le 2e arrondissement de Port-Gentil. Ce jour-là, une rixe éclate entre Michael Nguema Ndong et sa concubine Michelle Azozet Mouabeni. Le bruit généré par cette dispute attire l’attention des voisins. Certains d’entre eux accourent et frappent violemment sur la porte fermée, avant de la défoncer. Pendant ce temps, la victime crie de toutes ses forces, «Au secours, tonton Clotaire !», pour interpeller l’un de ses voisins.

Une fois à l’intérieur de la pièce, les voisins dégagent Michael Nguema Ndong, toujours en colère. Ce dernier continuant de menacer ceux venus s’enquérir de ce qu’il se passait, leur interdit au passage d’emmener sa partenaire. Celle-ci est laissée à la terrasse par ses «secouristes». Vingt minutes plus tard, ils sont, une nouvelle fois, alertés par les cris de Michelle Azozet Mouabeni. Sauf que cette fois, lorsqu’ils reviennent, ils ne trouvent que le corps inerte de la jeune dame. Elle est pendue à la grille verrouillée de la porte d’entrée de leur maison, attachée avec un tissu pendant que son concubin est allongé sur son canapé face au poste téléviseur.

Michael Nguema Ndong répondait donc, ce 19 avril, de la plainte déposée par le père de la défunte à la suite de ce drame. S’il affirme que sa compagne avait menacé de se suicider avant de passer à l’acte à son insu, sa fille de 7 ans, assure, elle, «avoir vu son père étrangler sa mère à l’aide du pagne avant de l’accrocher à la grille».

Les conseils de la partie civile ont plaidé l’application de la loi dans toute sa rigueur, pendant que le ministère public a requis la culpabilité de l’accusé et sa condamnation à 30 ans de réclusion criminelle, assortie d’une amande de deux millions de francs CFA. La défense, quant à elle, a plaidé l’acquittement au bénéfice du doute avant de solliciter la disqualification du crime de meurtre en délits de coups et blessures volontaires prévus et punis par les dispositions de l’article 230 du Code pénal, et que soient accordées à l’accusé, des circonstances atténuantes. La Cour criminelle via le tribunal de première instance de Port-Gentil a reconnu, au final, Michael Nguema Ndong coupable du crime de meurtre. Il a donc été condamné à 30 ans de réclusion criminelle et à 500.000 francs CFA d’amende.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Pitié! Encore un fang. J’ai vraiment honte d’être fang. A Ntare Nzame!!

  2. nze dit :

    tu as honte d’etre fang.tu ne dois pas l’etr

  3. Le Patriote dit :

    Monsieur Serge Makaya,

    vous n’êtes pas Fang, arrêtez de provoquer les Fang avec votre histoire de « A Ntare Nzame ». Vous êtes enfin dévoilé. Les Fang ne disent pas « Ntare », ils disent plutôt « Tare ». De même, les Fang ne connaissent pas le mot « Nzame », ils prononcent « Zame », c’est le diminutif de « Zame ye Mebaghe ». Si vous étiez Fang, vous n’alliez pas jeter l’opprobre sur une communauté pour le crime d’un seul individu. Vous faites partie de ceux qui divisent le peuple gabonais. Sur les réseaux sociaux, vous vous en prenez aux Français en utilisant l’expression « A Ntare Nzame » pour faire croire à ces derniers que les Fang sont contre eux, et comme ça aucun d’eux ne pourrait encore prétendre à la magistrature suprême, étant donné que les Français sont les grands électeurs du Gabon. Honte à vous, Monsieur Serge Makaya.

    • jean blémont dit :

      ahhhhhhhhhhhhhhhhhh le tribalisme !!!!!!!
      on s’en fout qu’il soit fang ou myené ou autre.
      c’est juste un fumier qui a tué sa copine.une ordure quoi!!!!
      sa race, sa couleur de peau et son ethnie, on s’en fout.
      ils sont légion comme lui, dans tous les pays du monde, en france, au gabon, au états unis et partout dans le monde.
      Je suis un homme, mais pour moi il faut etre une vraie ordure pour faire cela à une femme.!!!!

Poster un commentaire