mdas

 

La ville de Port-Gentil abrite du 17 au 20 mai, un atelier de renforcement de capacités destiné aux magistrats du ressort de la Cour d’appel judiciaire et aux agents du ministère des Eaux et Forêts.

Les acteurs de la chaîne pénale de la province de l’Ogooué-Maritime participent depuis le 17 mai, à un atelier de renforcement de capacité sur le thème : « la lutte contre le commerce illicite de bois ». Gabonreview

 

Les acteurs de la chaîne pénale de la province de l’Ogooué-Maritime participent depuis le 17 mai, à un atelier de renforcement de capacité sur le thème : « la lutte contre le commerce illicite de bois ». Il s’agit pour ces participants de s’approprier les dispositions des textes en la matière. Notamment, ceux du Code forestier, du Code pénal et de la loi relative aux parcs nationaux. Mais également de favoriser la collaboration entre les magistrats et les officiers de police judiciaire relevant du ministère en charge des forêts pour une lutte plus efficace contre le commerce illicite de bois au Gabon.

« J’invite les uns et les autres, à prendre une part active aux différents modules dispensés au cours de cette formation afin d’acquérir un maximum de connaissances qui vous seront nécessaires et utiles dans l’exercice de vos fonctions, tout en assurant la restitution auprès des collègues », a déclaré le président de la Cour d’appel de Port-Gentil, Édouard Boumbeya Sossi.

Cet atelier de formation sur l’application des lois en matière de lutte contre le commerce illicite de bois, comprend deux composantes. La mise en place du spectromètre de masse et  la formation du personnel judiciaire, des agents en charge du contrôle forestier et de l’application des lois dans les techniques d’investigation de la procédure pénale en matière de criminalité forestière et autres crimes associés. Au cours de cette rencontre, plusieurs thématiques seront abordées. Notamment, les lois régissant la constatation et la sanction des infractions en matière forestière, les outils et technologies applicables en matière de suivi forestier, les enquêtes financières, le blanchiment d’argent, la mise en œuvre de la coopération internationale pour la lutte contre le commerce illicite de bois.

Ainsi, durant quatre jours, les magistrats et les professionnels du domaine des forêts vont débattre sur plusieurs sous-thèmes, tels que le cadre légal du domaine forestier, les actes légaux du secteur forestier utilisés dans la procédure judiciaire, la procédure applicable dans le contentieux lié au commerce illicite du bois, etc.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire