mdas

 

Pratique ayant longuement alimenté la chronique il y a quelques années, les MST (Moyenne sexuellement transmissible) en milieu scolaire sont loin d’avoir disparu. Un professeur d’Éducation physique et sportive (EPS) vient de faire une victime de 17 ans au collège Raponda Walker à Port-Gentil.

Écolières passant devant la cathédrale Saint-Louis à Port-Gentil (janvier 2017). © AFP

 

Mercredi 2 juin 2021 au quartier Codev dans le troisième arrondissement de la capitale économique, celui que nous appelons «H» appelle ses collègues du lycée et collège Raponda Walker demandant à les voir urgemment. Paniqués et croyant que «H» avait de nouveau de graves soucis de santé comme une année auparavant, ceux-ci dépêchent à la clinique indiquée. Sur les lieux, ils réalisent que leur collègue n’est tant concerné, mais plutôt une élève du lycée. «Les parents eux-mêmes nous ont dit qu’il avait abusé de la fille et que c’est lui-même qui le leur avait dit», déclare un collègue du présumé violeur.

La veille du drame, la jeune fille s’était rendue au domicile du prof d’EPS, non loin du marché Grand Village. Ils auraient eu des rapports sexuels protégés, aux dires de la victime. La présence de celle-ci à la clinique serait due à des complications au niveau de son appareil génital. Mais, des sources concordantes, notamment les copines de la prétendue victime, soutiennent qu’elle serait enceinte de l’enseignant et qu’elle aurait contracté le Sida. Des allégations que seul un certificat médical pourrait attester.

Cette histoire remet au goût du jour le phénomène, en milieu scolaire, des MST (Moyenne sexuellement transmissible), stimulé aussi bien par les enseignants que par les élèves notamment du genre féminin. L’acronyme désigne l’utilisation des notes par les enseignants comme moyen de harcèlement sexuel sur les élèves ayant dépassé la puberté et les étudiantes. La pratique part des provocations verbales au viol, en passant par le chantage des professeurs sur les élèves, les provocations des élèves filles en quête de bonnes notes, etc. Les MST ne concernent pas uniquement les enseignants et les élèves, mais aussi le personnel administratif et les surveillants.

 Pour revenir au cas du lycée et collège Raponda Walker, «H» a été placé en mandat de dépôt à la prison centrale de Port-Gentil après son arrestation par les agents de la Police judiciaire, suite à la plainte déposée par le père. Il sera jugé lors des prochaines sessions criminelles pour les faits qui lui sont reprochés.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Ce qui sort avec fracas indique tout simplement que l’objet du fracas est toujours en activité mais latent tel un feu qui couve sous le volcan. Des feux de ce genre il y en a plein à Gabao. Attention aux irruptions. Amen.

  2. Mouloungui Vincent dit :

    Ahhhh on sait que c’est Hermann. Pourquoi faire un article anonyme?

    • Gabonreviewadmin dit :

      Ca pourrait aussi être Herbert, Honoré, Hubert, Humphrey, Hans, Hilarion…
      Nous préservons l’anonymat parce que « Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées ».

Poster un commentaire