mdas

 

Les habitants du quartier Ngadi à Port-Gentil se sont réunis, le dimanche 11 juillet dernier, pour examiner les problèmes infrastructurels qui se posent à eux : école saturée, adduction d’eau interrompue, voies de communication délabrées et insuffisantes.

Une vue du quartier Ngadi, actuellement privé d’eau. © Gabonreview

 

En vue de faire le point général des différentes difficultés qu’ils rencontrent au quotidien, le chef du quartier Ngadi à Port-Gentil, a tenu une réunion de concertation, le dimanche 11 juillet 2021, avec les notables de sa zone. Il était question, entre autres, du développement de voies de communication, de l’agrandissement de l’école principale de ce quartier en saturation d’effectifs. À qui s’ajoute l’épineux problème d’adduction en eau potable et celui des poteaux électriques dans ce quartier du 2ème arrondissement de la capitale économique.

Aperçu de la réunion. Et, Jean Théodore Boundzanga, le chef de la zone B du quartier Ngadi. © Gabonreview

Depuis plus de 2 ans les populations de ce quartier de la ville pétrolière, ne savent plus à quel saint se vouer du fait de la rupture du principal canal d’adduction d’eau dans leur zone. A cet effet, ils ont décidé de monter au créneau afin de dénoncer, avec la dernière énergie, l’enfer hydrique qu’ils subissent au quotidien. «Il faudrait bien que la population ait de l’eau à la maison, et la route. Ce sont des fondamentaux. S’il n’y a pas ça, c’est grave et ici depuis que le tuyau qui donnait de l’eau a été coupé, on vit comme au village. C’est difficile et c’est déplorable», s’est lamenté Jean Théodore Boundzanga, chef de la zone B du quartier Ngadi.

«Nous refusons ça ! Nous voulons être à l’aise dans notre pays, chez nous. On veut de l’eau et les compteurs devant nos portes. Jusqu’à aujourd’hui, 2 ans plus tard, nous sommes comme des broussards. On défèque dans des sachets qu’on jette partout-partout car nos toilettes non pas d’eau et c’est pénible pour les femmes enceintes ou celles qui ont accouché», déplore Évelyne Biké, résidente dudit quartier.

Pour rappel, l’ordonnance n°6/2012 du 13 février 2012 fixant les règles générales relatives à l’urbanisme en République gabonaise dispose en son article 7 que «l’établissement des schémas directeurs d’aménagement et d’urbanisme et des plans d’occupation des sols relève exclusivement de l’État, des collectivités locales et des établissements publics.» On ne comprend que mieux l’appel lancé par les populations du quartier Ngadi à Port-Gentil aux pouvoirs publics.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Clotarius dit :

    Hoo ngandi azalaka ambiance n’a bisous.

Poster un commentaire