GR

Entré et sorti de prison pour le même délit, un jeune gabonais se faisant passer pour un fonctionnaire de police en vue de racketter les commerçants de Port-Gentil, vient d’être repris et incarcéré à la prison centrale de la capitale économique.

Racketteur, Steeve Ndjima a bénéficié (par fraude ?) de la grâce présidentielle pour recouvrer sa liberté le 11 avril dernier. Il repart en prison un peu plus d’un mois après. © Gabonreview

 

Steeve Ndjima, 34 ans, donne l’impression d’avoir pris goût au milieu carcéral. À Port-Gentil où il vit, il vient d’être à nouveau d’être confondu par l’antenne provinciale de la Police judiciaire (PJ). Ce, un mois seulement après sa mise en liberté, consécutive à la toute dernière grâce présidentielle, concédée dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

En mars 2020, l’homme était condamné à quatre ans de réclusion par la Cour criminelle de la cité pétrolière pour «vols avec violence, vols d’ordinateurs perpétrés de jour comme de nuit et arrestations arbitraires de paisibles citoyens». Il se présentait alors à ses victimes comme un officier supérieur de la PJ.

Le décret présidentiel accordant la grâce à tous les nationaux et expatriés ne concernait que les condamnés dont la peine restant à purger était inférieure ou égale à six mois. Ne remplissant pas les critères énoncés, on ne sait donc par quel sauf-conduit ou passe-droit, Steeve Ndjima en a bénéficié pour recouvrer sa liberté le 11 avril dernier. Toujours est-il que le trentenaire séjourne à nouveau en prison. L’antenne provinciale de la PJ l’ayant remis aux arrêts pour «usurpation de titre et escroquerie». Comme auparavant, il se faisait passer, en effet, pour un fonctionnaire de police et en a profité pour extorquer des fonds à des commerçants de Port-Gentil.

Présenté devant le procureur de la République près le tribunal de première instance de Port-Gentil, le faux agent de police a été, après son audition, inculpé pour «extorsion de numéraires et faux et usage et de faux», avant d’être placé à la prison centrale du Château.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire