GR

Un sujet camerounais, la quarantaine, mécanicien, vivant à Port-Gentil, ainsi que son épouse et leurs deux filles sont tous morts dans leur habitation dans la nuit du 22 au 23 mars. Un neveu vivant avec eux reste en vie.

Badauds du voisinage en face du lieu du drame. © Capture d’écran sur vidéo amateur (D.R.)

 

Une famille entière, composée du père, de la mère et de leurs deux enfants, tous de nationalité camerounaise, a été retrouvée sans vie à son domicile au Quartier-Sud dans le 4ème arrondissement de la commune de Port-Gentil.

Le drame a été découvert en fin de matinée ce lundi 23 mars. Propriétaire d’un magasin de pièces détachées auto situé non loin de son habitation, Monsieur T.J.J., 40 ans, vivait avec sa femme, T.J., âgée de 30 ans, leurs deux enfants âgés respectivement de 3 ans et 1 an et son neveu.

Selon les témoignages recueillis sur le lieu du drame, le neveu serait allé comme chaque matin ouvrir le magasin. Ayant tenté en vain, à plusieurs reprises de joindre sa belle-sœur qui ne décrochait pas, il s’est décidé de refaire un tour à la maison où il a finalement découvert les corps sans vie de son oncle, sa belle-sœur et ses deux cousins, sur leurs lits.

Tout porte à croire, selon certains badauds du voisinage, que le drame se serait produit dans la nuit. Mais, quelle pourrait cependant en être la cause ? Si d’aucuns pointaient déjà du doigt le Covid-19 qui fait actuellement des ravages dans le monde entier, il n’en est vraisemblablement rien. Le neveu ayant fait la découverte macabre vit dans la même maison.

Alertés par l’antenne provinciale de la Direction générale des recherches, les sapeurs-pompiers, dans le strict respect des mesures-barrières pour éviter la propagation du Coronavirus, se sont rendus sur les lieux et ont procédé à l’évacuation des corps, en présence des autorités judiciaires de la place. Dans la journée, il a été indiqué, selon les premiers constats du médecin légiste, qu’il serait question d’un empoisonnement. Une enquête a été diligentée en vue de faire la lumière sur cette mini hécatombe.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire