mdas

Les organisations de la plateforme «Gabon Ma Terre mon Droit», ont récemment été édifiés sur les contours du projet de «renforcement des capacités pour une implication effective des acteurs non-étatiques dans la préservation du Kévazingo», inscrit dans le cadre du programme FAO-UE FLEGT et financé par l’Union européenne.

Renforcement des capacités pour une implication effective des acteurs non-étatiques dans la préservation du Kévazingo. © Brainforest

 

L’organisation non-gouvernementale Brainforest a abrité le 2 septembre dernier, une réunion de présentation du projet de renforcement des capacités pour une implication effective des acteurs non-étatiques dans la préservation du Kévazingo. Ce projet est financé par l’Union européenne à travers le Fonds des Nations unies pour l’alimentation (FAO).

© Brainforest

Cette rencontre restreinte avec les organisations de la société civile environnementale a enregistré la participation des structures membres de la plateforme «Gabon Ma Terre mon Droit». Elle a permis la création d’une synergie avec les organisations concernées afin de parvenir à une gestion durable du Kévazingo, avec une implication effective des acteurs non-étatiques.

Au cours de cette rencontre, les participants ont émis des recommandations concernant la prise en compte du genre au sens large du terme pour des questions d’efficacité, de même qu’ils ont proposé un mécanisme d’incitation visant à intéresser les communautés forestières à la protection de cette espèce.

Toutefois, ils n’ont pas caché leurs craintes concernant les illégalités susceptibles d’entacher les futures opérations de ramassage du Kévazingo prévues par l’administration forestière, à travers la note circulaire N°083 MEFMEPCPAT/SG/DGF/DEPRC du 09 juillet 2020. Pour s’assurer de la régularité de cette opération, ils ont souhaité être impliqués dans le suivi des différentes phases de l’opération.

Ce projet prévu sur une durée d’un an, participera à une application efficace de la CITES pour une gestion durable du Kévazingo dans les provinces du Woleu-Ntem et de l’Ogooué-Ivindo, à travers l’implication des acteurs non étatiques.

 
GR
 

1 Commentaire

Poster un commentaire