GR

 

Disant accueillir avec satisfaction le rejet par la Cour constitutionnelle de la suppression, en février 2019, de certaines structures publiques, les acteurs culturels du Gabon regroupés au sein du bureau d’exportation des œuvres musicales nationales Ibogazik espèrent le retour sur la scène de l’Agence nationale de promotion artistique et culturelle (ANPAC).

Jean Pierre Moudjalou, le président d’Ibogazik. © D.R.

 

Supprimée en 2019 au même titre que d’autres structures publiques, parmi lesquelles la CGC, le BCPSGE et le FNAS, l’ANPAC pourrait être remise sur la scène. C’est du moins le souhait des acteurs culturels gabonais regroupés au sein d’Ibogazik, le bureau d’export des œuvres musicales nationales, dont le président félicite ce lundi 8 juin la Cour constitutionnelle ayant jugé inconstitutionnelle la loi n°013/2019 issue du Conseil des ministres présidé par Ali Bongo le 27 février 2019.

«C’est avec une grande satisfaction que le monde de la culture au Gabon salue le rejet de cette loi par la Cour constitutionnelle. L’équipe d’Ibogazik se réjouit elle aussi, car une collaboration avec une telle entité administrative serait une aubaine pour la crédibilité de ses actions», a réagi Jean Pierre Moudjalou.

S’il apprécie d’autant plus la décision de la Cour constitutionnelle, c’est que le président d’Ibogazik voit dans l’ANPAC, dont il entrevoit un probable retour, un outil utile pour le Gabon pour son positionnement sur le continent et dans le monde. Aussi regrette-t-il qu’«à l’heure où la compétition internationale se joue sur le terrain de la culture et du tourisme, le Gabon tend à négliger son énorme potentiel basé sur sa diversité culturelle». Or, soutient-il, «le développement et le rayonnement des arts sont devenus des enjeux stratégiques de domination économique au niveau continental et international».

L’ANPAC a été créée en 1983. Ses missions, rappelle Jean Pierre Moudjalou, étaient de favoriser le développement culturel par la création d’ateliers, d’unités de production et d’industries culturelles ; de produire et diffuser des disques, des films et des œuvres culturelles ; d’organiser des manifestations artistiques et culturelles, telles que les spectacles, les expositions, les festivals, les séminaires et les colloques. Son retour à la vie est vivement attendu.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire