TATIE

 

Le ministre en charge de la Jeunesse, Franck Nguema, s’est entretenu le 26 novembre avec le Coordonnateur résident du Système des Nations unies au Gabon et le directeur régional de l’Unesco pour l’Afrique centrale, sur le renforcement du partenariat entre les Nations unies et le Gabon, autour des problématiques de la jeunesse.

Le ministre en charge de la Jeunesse, Franck Nguema et ses hôtes, le 26 novembre 2020. © Gabonreview

 

Le ministre en charge de la Jeunesse, Franck Nguema, le Coordonnateur résident des Nations unies au Gabon, Stephen Jackson, et le directeur régional de l’Unesco pour l’Afrique centrale, Salah Kaled, ont passé en revue, le 26 novembre, les différentes facettes de la coopération entre le Gabon et l’Unesco dans le domaine de la jeunesse. Cette rencontre visait à faire le point des programmes en cours, et définir les modalités de la mise en œuvre de ceux en projet afin de maximiser la contribution de la jeunesse gabonaise à la construction du pays.

«La jeunesse ce n’est pas seulement l’avenir du pays, c’est aussi le présent du pays. Les jeunes ont la créativité, le potentiel et la capacité nécessaire pour changer les choses pour eux-mêmes, pour leurs sociétés, et pour le reste du monde», a déclaré Stephen Jackson.

© Gabonreview

Plusieurs programmes ont été évoqués au cours de ces échanges. Il s’agit, entre autres, du programme «Les jeunes tisserands de la paix dans les régions transfrontalières du Gabon, Cameroun et du Tchad » qui sera lancé à partir de janvier 2020 à Oyem ; le programme de mise en place d’un corps national de volontaire au Gabon qui travaillera pour l’avenir et pour le présent du pays ; la seconde phase du projet Train My Generation pour 10.000 jeunes ; et un programme de l’Unesco au bénéfice du ministère en charge des Sports, pour la promotion du Sport, de l’éducation physique et la mise en place de la stratégie d’antidopage.

«Pour nous les Nations unies, cette rencontre avec le ministre de la Jeunesse était très importante pour parler du comment les Nations unies et le gouvernement gabonais peuvent travailler ensemble pour maximiser la contribution de la jeunesse gabonaise à  la construction du pays. Notre rôle avec et pour les jeunes est de les aider à travailler ensemble pour encourager l’innovation et les changements sociaux, participer pleinement au développement de leurs sociétés, lutter contre la pauvreté et l’inégalité, et favoriser une culture de la paix », a confié Salah Kaled.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire