TATIE

Une évaluation menée entre septembre et octobre 2019 montre que le projet hydroélectrique de Dibwangui, dans la Ngounié, respecte les bonnes pratiques internationales en matière de conception et planification durables. De bon augure pour la centrale de 15 mégawatts, qui alimentera la région sud-ouest du pays et soutiendra les communautés locales actuellement sans électricité.

Le projet hydroélectrique de Dibwangui a été classé comme un exemple de bonnes pratiques internationales en matière de conception et planification durables, suite à une évaluation indépendante. © gpc-gabon.com

 

Situé dans la province de la Ngounié, le projet hydroélectrique de Dibwangui est classé comme un exemple de bonnes pratiques internationales en matière de conception et de planification durables. C’est en tout cas ce que révèle une évaluation indépendante menée entre septembre et octobre 2019. L’évaluation été entreprise à l’aide de l’outil d’analyse des écarts de performance environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), qui identifie et comble les lacunes par rapport aux bonnes pratiques.

ESG a été développé par le Hydropower Sustainability Assessment Council, en collaboration avec l’Association internationale de l’hydroélectricité (IHA). Ses critères d’évaluation reposent sur la gestion environnementale et sociale, les impacts sur les communautés, la biodiversité, le changement climatique, les conditions de travail, les communications et la consultation. «Les projets hydroélectriques aident les pays à améliorer l’accès à l’électricité tout en respectant les priorités de développement social et économique», a affirmé le spécialiste du développement durable chez IHA.

«Avec ce nouvel outil d’évaluation, il est désormais possible de déterminer si ces projets sont planifiés et construits de manière responsable et durable conformément aux normes internationales», s’est satisfait Alain Kilajian sur ESI Africa. Menée de septembre à octobre 2019, l’évaluation a consisté à examiner les plans de projet et interroger le développeur, les membres de la communauté locale, les autorités gouvernementales nationales et locales et l’ONG The Nature Conservancy.

Le projet Dibwangui est développé par Louetsi Hydro, un véhicule spécialisé du Groupe Eranove et du Fonds gabonais d’investissement stratégique (FGIS). Une fois achevée, cette centrale hydroélectrique d’une capacité de 15 mégawatts alimentera la région sud-ouest du pays et soutiendra les communautés rurales locales actuellement sans électricité.

 
GR
 

2 Commentaires

Poster un commentaire