TATIE

Dans le cadre du projet U-report initié par l’Unicef, le président de la Commission nationale pour la protection des données personnelles (CNPCDP) a invité les responsables du ministère des Sports, chargés de piloter ce projet, à se conformer aux dispositions légales en vigueur avant son lancement.

Le président de la CNPDCP échangeant avec les responsables du ministère des Sports chargés de piloter le projet U-Report au Gabon, le 18 septembre 2020.© Gabonreview

 

Le président de la Commission nationale pour la protection des données personnelles(CNPCDP) a échangé le 18 septembre avec les responsables du ministère des Sports, afin de s’assurer du respect des données personnelles dans la gestion du projet U-Report.

Initié par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) en mai 2011, le projet U-Report est une plate-forme permettant à la jeunesse de 60 pays dont le Gabon, de se prononcer sur les questions socio-économiques, politiques et sociales, à travers des messages téléphoniques postés au numéro 1415.

Ces échanges collectés et compilés par l’Unicef, en partenariat avec le ministère des Sports en charge de la jeunesse des pays respectifs, serviront d’outils d’aide à la décision pour les autorités dans l’adoption des différentes politiques publiques.

Pour mieux sécuriser les droits des participants à cette plate-forme, le président de la CNDCP a exhorté les responsables du ministère des Sports, chargés de piloter ce projet au Gabon, de tout mettre en œuvre pour faire respecter les données personnelles. Pour Joel-Dominique Ledaga, le respect des dispositions de la loi en la matière «permettra à la CNDCP de donner son quitus pour le lancement officiel du projet au Gabon dans les prochains jours».

Les experts du ministère des Sports ont «promis de prendre en compte ces exigences et de les intégrer dans la dernière mouture du projet en cours de finalisation», a indiqué le représentant du ministère des Sports, Geneviève Olendo,

Le Gabon a officiellement adhéré au projet U-Report en décembre 2019. Son lancement avait été fixé pour janvier 2020. Malheureusement, le projet a accusé huit mois de retard, contrairement à d’autres pays tels que le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Burkina-Faso où le projet est lancé depuis une année.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire