HABANA

La Direction générale de l’environnement (DGEPN) et 40 organisations de la société civile (OSC) ont signé, le 3 juin 2021, une charte nationale pour la protection de l’environnement et la préservation de la nature. Cet acte vise à mettre en place un cadre permanent de partenariat entre le ministère en charge de l’Environnement et ces associations.

Le président du comité exécutif de l’organisation «Communication environnementale», paraphant la charte nationale de la protection de la nature, Jules Gildriel Pierre Regombi. © D.R.

 

Dans la continuité des activités de sensibilisation de la semaine nationale de l’environnement placée sous le thème de la «restauration des écosystèmes», la direction générale de l’environnement et de la protection de la nature et 40 organisations de la société civile ont récemment procédé à la signature d’une charte nationale pour la protection de l’environnement et la préservation de la nature.

Cet acte s’inscrit dans le cadre de  la mise en œuvre de la loi 007/2014 du 1er aout 2014 relative à la protection de l’environnement, prévoyant que le ministère en charge de l’Environnement élabore et met en œuvre des instruments favorisant la prise de conscience environnementale des populations et leur participation à la gestion de l’environnement. Le même texte recommande également que les associations de protection de l’environnement participent à la mission d’intérêt général de protection de l’environnement et du cadre de vie.

Photo de famille de la cérémonie de signature de la charte nationale pour la protection de l’environnement et la préservation de la nature. © D.R

Cette charte a pour objectif principal la mise en place d’un cadre concerté de travail pour améliorer la gestion durable des écosystèmes en République gabonaise. Il consistera essentiellement à l’optimisation des ressources et les connaissances, le renforcement de la compréhension commune et la valorisation des initiatives non gouvernementales ; mais également en la définition des thématiques prioritaires de travail ; la création des groupes de travail par centre d’intérêt ; la visibilité à l’action en faveur de l’environnement et créer des synergies institutionnelles pour la mobilisation des ressources.

Les missions essentielles des parties signataires de la présente charte sont, en ce qui concerne l’administration en charge de l’environnement : renforcer le cadre règlementaire en lien avec l’activité des OSC dans le secteur de l’environnement ; promouvoir la participation des OSC dans les projets verts ; soutenir la recherche de financements internationaux et prendre en compte les avis et suggestion des OSC dans la prise de décision.

Concernant les OSC, il s’agira de rendre compte régulièrement de leurs activités environnementales ; partager les informations relatives aux atteintes à l’intégrité de l’environnement ; sensibiliser et communiquer sur les enjeux de la protection de l’environnement ; et réaliser des analyses techniques sur les principales problématiques environnementales ainsi qu’en matière de développement durable.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire