GR

Avec la confrontation entre Franck Ba’ponga et Lord Ekomy Ndong dans le cadre de l’acte 6 du Catalogue Challenge initié par Lestat XXL, le rap gabonais a connu la semaine écoulée quelques-uns de ses plus beaux moments de gloire. Dans le sillage de ces deux mastodontes du Hip Hop national, le jeune rappeur Mc Bright a contraint à sortir du bois plusieurs de ses concurrents après la sortie de son «Freestyle balle perdue», quand Tris se défendait de s’être «vendu» pour le single de sensibilisation «Stop Covid-19».

Détail de l’affiche de l’acte 6 du Catalogue Challenge du dimanche 3 mai 2020. © Jeff Graphics

 

Semaine chargée pour le rap gabonais qui a connu ces derniers jours quelques-uns de ses plus beaux moments de gloire après un long passage à vide. Et comme il est désormais de tradition, c’est sur la toile que tous ces moments ont été vécus, commentés et partagés. Retour sur les évènements les plus marquants.

Lundi 27 avril : Accusé Tris, levez-vous !

Inscrite dans l’actualité, la sortie de «Stop Covid-19»  a fait le buzz sur la toile. S’il fallait s’y attendre en raison du sujet abordé, c’est surtout l’apparition d’Ali Bongo, dont un extrait de discours accompagne le vidéo-clip du single, qui a fait naître la polémique et remis au goût du jour certaines guéguerres enfouies dans l’univers du rap gabonais.

Ayant collaboré dans ce projet aux côtés de Creol La Kinda et de Lexical Flo, le rappeur Tris en a pris pour son grade sur les réseaux sociaux. Ancien membre de l’écurie Tromatix avec qui il s’est brouillé, le jeune rappeur connu pour sa plume critique contre le pouvoir a dû se défendre dans un live sur Facebook, parce qu’accusé de s’être «vendu» au même pouvoir.

«Il faut qu’on sache ce qu’est le vrai combat de l’heure. [Stop Covid-19] est une chanson de sensibilisation. Il est question de l’humanité, de la vie et de la survie de l’être humain. Ce n’est pas un appel à l’aide, ce n’est pas un atalakou (apologie)», avait répondu Tris à ses détracteurs parmi lesquels quelques-uns de ses concurrents.

Jeudi 30 avril : Mc Bright Scarzion tire à vue

Parmi les valeurs sures de la nouvelle génération, le rappeur Mc Bright Scarzion qui n’était déjà pas tendre avec ses devanciers a décidé de mettre le pied dans la fourmilière avec son single «Freestyle balle perdue». En moins de 4 minutes, le protégé de Franck Ba’ponga a tiré à la mitraillette des «balles» qui n’ont pas manqué d’atteindre des artistes de renom tels que Köba Building.

Comme il fallait s’y attendre, le rappeur originaire de Port-Gentil a remis au goût du jour une des raisons de vivre du rap : le clash. Sitôt son single sorti que des réactions se sont mises à pleuvoir sur les réseaux, dont les plus commentées : celles du rappeur Flow du Sud, qui a répondu par un single expressément adressé au «Maillot en chef des rappeurs» ; et de Köba Building qui a accusé son ancien mentor Franck Ba’ponga d’avoir cautionné, voire encouragé son poulain à l’égratigner.

Si l’ancien protégé d’Eric Benquet (Eben Entertainment) promet de se venger aussitôt la période de ramadan achevée, nombre de rappeurs qu’il a lui-même provoqués sur son live promettent de lui rendre la pareille. L’onde causée par le «Freestyle balle perdue» de Mc Bright Scarzion n’a donc pas fini de se propager sur le rap gabonais.

Dimanche 3 mai : Catalogue Challenge, le clou !

À côté des clashs suscités par la sortie du single de Mc Bright et des accusations portées sur Tris, l’évènement le plus attendu de la semaine dernière était sans conteste l’acte 6 du Catalogue Challenge initié depuis quelques semaines par le rappeur Lestat XXL. Selon le décompte fait par le journaliste sportif et doctorant Freddy Koula Moussavou, sur Twitter le hastag #EkomyvsBaponga a fait plus de 2 200 tweets, et plus de 150 000 personnes étaient connectées sur le direct de la confrontation entre les deux géants du rap gabonais.

Catalogue Challenge : Un moment de télé raté

Journaliste professionnel spécialisé en Développement des médias & Médiateur culturel, Aimé-Mannix Mondjot estime néanmoins que les médias traditionnels gabonais sont passés à côté de cette opportunité offerte par ces différentes confrontations entre rappeurs, et particulièrement pour ce qui est de l’acte 6 du Catalogue Challenge.

«Ce concept dans son épisode d’hier, a révolutionné l’ordonnancement des couleurs des programmes en audiovisuel en fonction des publics, tant il y avait des titres où chaque génération se retrouvait. Si je ne m’abuse, personne ne fait mieux au Gabon. Vous imaginez ce que cela aurait représenté sur une chaîne de télévision gabonaise du câble et ce que ça lui aurait rapporté en une seule nuit ? Tiens, Gabon Nature & Culture, c’est ce genre de concept que ce média spécialisé aurait pu diffuser si la réforme de l’audiovisuel public était allée jusqu’à son terme. Il est temps que la chaîne nationale lance sa chaîne urbaine 100% digitale afin de récupérer un public représentatif (15-35 ans) qui s’est éloigné du poste téléviseur préférant les autres écrans. Il faut donc aller les retrouver où ils se trouvent», juge le jeune journaliste diplômé de l’Université Senghor d’Alexandrie (Égypte).

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Serge dit :

    Les représentants de tout un peuple.
    C’était le plus grand meeting jamais organisé au Gabon.
    Bravo à l’organisation, bravo aux artistes vous avez 20/20.
    Vous êtes les vrais professionnels de la communication.

  2. Himself dit :

    ça veut dire quoi « le jeune journaliste diplômé de l’Université Senghor d’Alexandrie  » ??? Nul et hors sujet!

  3. Serge dit :

    Lord Ekomy président en 2023 .
    Dimanche deux gabonais ont réussi à casser tous les clivages ethniques, politiques, sociaux et générationnels. La nation Gabonaise est venu
    écouter volontairement et à ses frais le message de ses dignes fils. Du Nord au Sud, D’Est en Ouest les gabonais ont communié comme un seul homme . Qui l’ eu cru des rappeurs qui rassemblent tout un pays.
    Bravo les champions, vous êtes les symboles de l’unité nationale !

  4. Olivier ONA dit :

    Hello!
    Excellent article je souhaite juste avec votre permission rectifier le tir côté chiffres durant le live entre Baponga VS Lord Ekomy Ndong. Le pic atteint pendant le Live: 14.000 personnes connectées en même temps. Maintenant pour les vues c’est autres choses car c’est à la fin du Live que les chiffres atteignent les plus de 150.000 vues par partie car il y ne avait 3 et probablement d’ici dimanche on sera à plus de 500.000 vues cumulées. Je pense également que les chaînes de télévision ont manqué une grosse occasion de disrupter leur façon de fonctionner le dimanche 03 Mai 2020.
    Merci pour la plateforme et je tenais à vous proposer mon analyse de cet évènement culturel et marketing d’envergure via mon blog disponible ici=>https://onaparle.tech/2020/05/04/baponga-vs-lord-ekomy-ndong-le-coup-de-poker-de-canalplus-gabon/

Poster un commentaire