HABANA

 

Prévue pour entrer en vigueur ce 27 juillet 2021, la collecte de la redevance passagers, annoncée en avril dernier par le ministère de l’Économie via la Direction générale des impôts, a été ajournée. Elle est repoussée à une date ultérieure en attendant l’aboutissement des discussions entre les autorités et les compagnies aériennes.

«L’instauration de nouvelles redevances, taxes ou l’augmentation des taux de celles qui existent déjà entraine généralement un renchérissement des prix des billets d’avion», selon le président de l’Atag, Gabin Otha Ndoumba. © D.R.

 

Peu appréciée autant par les compagnies aériennes que par les consommateurs, la redevance des services passagers annoncée récemment par le ministère de l’Économie ne sera pas collectée comme prévu ce 27 juillet. La Direction générale des impôts annonce à ce propos que cette décision a été prise dans le but de tenir compte des discussions en cours, avec les compagnies aériennes et les sociétés émettrices de billets d’avion.

Le directeur général des Impôts, Gabin Otha Ndoumba, qui signe cette communication parue dans l’Union, laisse entendre que «le démarrage de la collecte précédemment prévu le 27 juillet 2021 est reporté à une date ultérieure». «Par conséquent, précise-t-il, les dispositions prévues par le communiqué du 16 juillet 2021 sont annulées». Il ajoute par ailleurs qu’«un communiqué ultérieur sera publié, en temps opportun, pour informer les différents opérateurs économiques de la date définitive arrêtée pour le début de la levée de cette contribution».

Lors de la création de cette redevance, le gouvernement faisait savoir qu’elle devrait aider au financement du projet d’aménagement de l’Aéroport international Léon Mba de Libreville. Du coup, les passagers devaient, à nouveau, mettre la main à la poche. Cette nouvelle taxe devait s’appliquer sur les vols internationaux à destination ou en partance du Gabon d’une durée excédant les 2 heures.

Chaque passager devrait débourser 32 798 francs CFA (classe économique), 39 357 francs CFA (classe affaires) ou 65 596 francs CFA (première classe).  A l’instauration de cette redevance, le président de l’Association des transporteurs aériens du Gabon (Atag), Jean-Paul Makosso, rappelait que «l’instauration de nouvelles redevances, taxes ou l’augmentation des taux de celles qui existent déjà entraine généralement un renchérissement des prix des billets d’avion».

Au regard de ce communiqué, il est clair que les autorités et les différents acteurs de l’aviation civile gabonaise réexamineraient les dispositions de l’arrêté du 21 avril 2021 fixant les modalités de perception de cette redevance des services passagers au Gabon.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire