TATIE

En grève depuis plusieurs semaines, les membres de la Fédération des collecteurs des régies financières (Fecoref) exigent la régularisation de leurs situations administratives et dénoncent le mutisme du gouvernement face à leurs revendications. Ils appellent à la mise en place du Commission tripartite- présidence de la République-partenaires sociaux- ministères concernés.

La Fecoref exige la tenue des assises avec la Présidence de la République. © D.R.

 

Bien qu’ayant obtenu le paiement des primes après le mouvement de grève du mois de mai dernier, les agents des Impôts, Douanes, Trésor et Hydrocarbures ont décidé de remettre leur piquet de grève. Réunis au sein de la Fédération des collecteurs des régies financières (Fecoref), ils assurent que toutes leurs revendications n’ont pas été prises en compte. «Au mois de mai 2020 nous avions un certain nombre de revendications. Parmi ces points, on avait également le paiement des primes. Le gouvernement a pensé bon d’évacuer ce qui leur permettait d’avoir un peu de souffle», a déclaré le porte-parole de la Fecoref.

Selon Sylvain Ombindha, en réglant la question des primes, le gouvernement devait entrer en négociation avec les partenaires sociaux avec à la clé la suspension du mouvement. Or, jusqu’à présent, assure-t-il, ces derniers se heurtent au mutisme de la tutelle. D’où la reprise du mouvement. «Nous avons relancé ce mot d’ordre de grève le 13 juillet, personne n’a réagi. Ni du côté de l’administration ni du côté du ministre de l’Economie et de la relance», a regretté Sylvain Ombindha. «Dans nos points de revendications, nous revendiquons les assises Présidence de la République-partenaires sociaux. Nous avons effectué des audits des effectifs et des primes qu’ils ne veulent pas publier» a-t-il fait savoir, exigeant tout aussi la tenue d’une commission tripartite pour la sortie de crise.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Eniga dit :

    Enfants gâtés de la République.
    En quoi, une fonction serait plus importante qu’une autre, un douanier supérieur à une infirmière ou un instituteur….
    STOP au situation particulière, retour pour tout les agents de l’Etat à la grille de la fonction publique et uniquement à elle.
    Tout ces statuts particuliers clairs ou obscures font que l’administration ne fonctionne plus, aucuns parcours du fonctionnaire.
    On peut devenir SG sans aucune expérience dans le ministère en question ou sans que soit le bâton du maréchal venant clôturer une carrière exceptionnelle.

  2. L'observateur dit :

    C’est tout à fait légitime monsieur. Dans tous les pays du monde le traitement du personnel à la gestion de la commande publique est différent.

Poster un commentaire