HABANA

 

Le ministre de la Fonction publique, Madeleine Berre et sa déléguée, Aubierge Sylvine Ngoma, ont échangé le 2 avril, avec le Comité de pilotage du Forum de la Fonction publique pour tenter de lever toute suspicion autour des injustices dénoncées par les partenaires sociaux, mais également de réaffirmer la ferme volonté du gouvernement à aller au bout de l’exécution dudit plan fin 2021.

Rencontre entre les ministres de la Fonction publique et les membres du Comité de pilotage du Forum de la Fonction publique, le 2 avril. © D.R.

 

Suite aux critiques assénées par le comité de pilotage du Forum de la Fonction publique sur l’évolution de l’exécution du plan d’action 2020-2021 et les menaces de grève des partenaires sociaux, le ministre de la Fonction publique a ouvert le 2 avril, les portes de son cabinet aux membres dudit comité de pilotage pour rattraper les écarts d’incompréhensions entre les différentes parties et réitérer la bonne foi du gouvernement gabonais, à apporter progressivement des solutions adaptées aux situations administratives de ses agents, au regard de la situation économique et financière du pays.

«Nous avons eu une réunion de travail ce matin avec les partenaires, pour rappeler les choses, apaiser les tensions et indiquer que ce travail se faire de manière régulière et équitable autour d’une commission qui intègre à la fois, le ministre de la Fonction publique et celui du Budget sous le contrôle du Premier ministre. Au cours de cette rencontre, nous nous sommes convenu avec les partenaires sociaux que tout avance. Le rythme et le niveau de l’exécution du plan 2020-2021 sont liés aux contraintes budgétaires. Et ce n’est pas une raison pour que cela altère la volonté du gouvernement à aller jusqu’au bout et de concrétiser ce plan d’action qui lie les parties», a déclaré Madeleine Berre à la sortie des échanges.

S’agissant du nombre de fonctionnaires ayant vu leur situation administrative régularisée en trois mois, soit 2000 agents, jugés insuffisants, la question des jeunes en attente des recrutements directs ou sur titre, et l’arrimage des pensions au nouveau système de rémunération, la ministre de la Fonction publique s’est voulue rassurante, mais également pragmatique vis-à-vis de ses hôtes.

«Le plan de régularisation se poursuit de manière équitable, mais bien évidemment, il reste lié aux enveloppes et au cadrage budgétaires. Une situation qui ne devrait pas être assimilée à une quelque volonté du gouvernement de s’effacer. Ce plan s’exécutera de manière régulière jusqu’à la fin de l’année 2021. Nous sommes à trois mois d’exécution. Progressivement, l’ensemble des agents compris dans ce plan seront touchés, soit en régularisation de recrutement, soit en reclassement administratif de leurs situations», a rassuré Madeleine Berre, précisant qu’une commission est mise en place et travaille actuellement d’arrache-pied pour les propositions de réponses concrètes à apporter aux retraités. Les conclusions seront données, une fois, le gouvernement aurait terminé sa réflexion.

Ce type de rencontre devenue traditionnelle entre le ministre de la Fonction publique et le comité de pilotage du Forum de la fonction publique semble avoir dissipé les zones d’ombre qui planaient encore du côté des partenaires sociaux, désormais sereins et confiants. «Le gouvernement a tenu ce matin, à rassurer l’ensemble des travailleurs que le chronogramme qui a été mis en place pour la mise en œuvre du plan d’action 2020-2021 sera bel et bien tenu. Il était également question d’apaiser les inquiétudes des uns et autres par rapport aux attentes, le gouvernement a bien confirmé que ce plan ira bien à terme et toutes les couches seront impactées. Aujourd’hui, il n’y a pas de raison que les agents s’inquiètent, parce que le gouvernement tient toujours avec les partenaires sociaux à aller au bout de sa mission», a déclaré le vice-président du comité de pilotage du Forum, Joël Ondo Ella.

Le plan d’action 2020-2021 axé sur la mise en œuvre de 31 propositions parmi les 144 recommandations répertoriées dans le rapport du Forum de la Fonction publique prévoit également, la mise en place de la Commission juridique chargée de la révision des textes régissant le fonctionnement de la Fonction publique, la gestion des ressources humaines, et l’instauration d’un cadre de discussion approprié, pour le dialogue social au sein des départements ministériels.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Bona dit :

    Pourquoi ces régularisations n’intègrent pas les titularisations c’est curieux
    Il y a des agents depuis dix ans qui sont toujours à l’indice de stagiaire et parfois même nommés en conseil des ministres. Voilà que vous recrutez ok mais pour que carrière. Ces fonctionnaires seront stagiaires durant 20 ans mais vraiment vous n’êtes pas sérieux. Une carrière de fonctionnaire ne se fait pas à tâtonnement comme vous nous l’imposez au Gabon. C’est triste.

  2. Bona dit :

    Pour quel carrière, lire

  3. Enseignant dit :

    Voilà une preuve supplémentaire de votre amateurisme.. quand le président , le premier ministre et les autres criaient à qui voulais les écouter que les situations administratives seront régularisés, ils comptais sur quoi? Aucune étude n’a été faite préalablement sur la faisabilité et surtout la soutenabilité de vos annonces…. d’ici là fin d’année je suis sur qu’on sera toujours sur les « problèmes de budget… »

Poster un commentaire