mdas

 

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Michael Moussa Adamo, a procédé, le 21 septembre 2022, à New York, au dépôt de l’instrument d’acceptation du Gabon au Traité sur le commerce des armes (TCA) auprès du secrétaire général adjoint aux Affaires juridiques et conseiller juridique de l’Organisation des Nations Unies et le chef de la section des Traités ONU, Miguel de Serpa Soares. 

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Michael Moussa Adamo et le secrétaire général adjoint aux affaires juridiques et conseiller juridique de l’Organisation des Nations Unies et le chef de la section des traités ONU, Miguel de Serpa Soares. © D.R.

 

État signataire du traité historique sur le commerce des armes (TCA), qui réglemente le commerce international des armes classiques depuis les armes légères jusqu’aux chars de combat, avions de combat et navires de guerre, entré en vigueur le 24 décembre 2014, le Gabon a fait évoluer son statut d’un cran le 21 septembre dernier. Le pays par le biais de son ministre aux Affaires étrangères et de la Coopération, a procédé en marge de la 77e Assemblée générale des Nations Unies (UNGA77, en anglais), à New York, au dépôt de son instrument d’acceptation audit accord.

Premier instrument international, juridiquement contraignant, le Traité sur le commerce des armes institue les normes communes les plus strictes possibles aux fins de réglementer ou d’améliorer la réglementation du commerce international d’armes classiques; préviens et élimine le commerce illicite d’armes classiques et empêche le détournement de ces armes; afin de : contribuer à la paix, la sécurité et la stabilité internationales et régionales; réduire la souffrance humaine; promouvoir la coopération, la transparence et l’action responsable des États Parties dans le commerce international des armes classiques et bâtir ainsi la confiance entre ces États.

Ainsi, à travers cette adhésion, le Gabon s’engage au côté de la communauté internationale à réglementer les transferts d’armes classiques, leurs munitions, pièces et composantes, afin d’atténuer les risques liés aux transferts et aux utilisations non contrôlées des armes qui alimentent les guerres et conflits de tout genre.

Un acte qui a valu au Gabon, les félicitations du secrétaire général adjoint aux Affaires juridiques et conseiller juridique de l’Organisation des Nations Unies et le chef de la section des traités ONU. Portant à 84 le nombre de ratifications dans le monde et à 18 celui de l’Afrique.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire