TATIE

 

Alors que les experts du comité inter-États de l’Union économique d’Afrique centrale (UEAC) ont ouvert leurs travaux par visioconférence ce mardi 4 août, le président de la Commission de la Cemac les a invités à faire des propositions visant, entre autres, à faire du secteur informel un allier des gouvernements des États de la sous-région dans leur lutte contre la crise sanitaire et économique actuelle.

Pr Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la Cemac. © D.R.

 

Prévus pour durer jusqu’à mercredi, les travaux du comité inter-États de l’UEAC se sont ouverts ce mardi 4 août par visioconférence. Présidée par le Camerounais Charles Assamba Ongodo, cette réunion vise à préparer la tenue, le 10 août prochain, de la 35e session du Conseil des ministres de l’UEAC dont l’un des principaux points inscrits à l’ordre du jour est la relance économique dans la sous-région de l’Afrique centrale impactée par la pandémie du Covid-19.

Lors de l’ouverture des travaux, Pr Daniel Ona Ondo a invité les participants à faire des propositions devant conduire les gouvernements à prendre des «mesures exceptionnelles» et à mener des «actions vigoureuses en faveur du secteur privé, le traitement de la dette intérieur et la mobilisation accrue des recettes fiscales». «Les décideurs attendent de vous, experts, que des propositions soient faites pour capter le potentiel de croissance dont recèle le secteur informel», a exhorté le président de la Commission de la Cemac.

«Vous aurez à examiner les propositions de mesures de relance. Je vous encouragerais à choisir les plus pertinente, à même de renforcer les axes du plan de relance communautaire proposé par le Comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières de la Cemac (Copil PREF-Cemac) et notamment la création d’un fonds multilatéral destiné à regorger l’épargne financière sur les ressources pétrolières», a-t-il suggéré, non sans rappeler que «l’impérative obligation» du comité inter-Etats de l’UEAC, dans le cadre de cette session, vise également à traiter des autres affaires toutes aussi importantes, liées au fonctionnement de la Cemac.

Il s’agit, entre autres, a rappelé Pr Daniel Ona Ondo, du «sempiternel problème du financement de la Communauté devenu aléatoire en ces moments de vaches maigres», de la libre circulation des biens et des personnes en zone Cemac et de la suppression des frais d’interconnexion sur les réseaux mobiles au sein de la même zone.

La réunion du comité inter-Etats de l’UEAC s’achève le mercredi 5 août.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire