HABANA

 

Annoncée depuis le 27 septembre au Gabon, la rentrée des classes n’est toujours pas totalement effective dans le public. Aux deux semaines de cours déjà perdues pourraient s’ajouter plusieurs autres si le gouvernement n’apporte pas des solutions immédiates et concrètes aux revendications des enseignants. Réunis au sein de la Conasysed et du Sena, ils ont demandé le 13 octobre aux parents de garder leurs enfants à la maison.

Les enseignants à l’issue de leur AG. © D.R.

 

Depuis le 27 septembre, ont indiqué la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) et le Syndicat de l’Education nationale (Sena), lors d’une déclaration conjointe le 13 octobre, la rentrée scolaire 2021-2022 est fortement perturbée par la grève lancée par la Conasysed et l’appel au boycott du Sena.

Cette posture des deux principaux syndicats de l’Education nationale, ont-ils indiqué, est due «à la mauvaise foi et au mutisme du gouvernement à apporter des solutions définitives aux revendications posées par les syndicats depuis de nombreuses années». Parmi les revendications, ont-ils énuméré, la régularisation des situations administratives (recrutements, intégrations, titularisations, avancements automatiques, reclassements) ; l’organisation des concours internes d’entrée à l’ENI et à l’ENS.

A cela s’ajoutent, le lancement de la formation des inspecteurs pédagogiques du second degré à l’ENS ; la prorogation à 65 ans de l’âge de départ à la retraite des inspecteurs pédagogiques dans le secteur Education, conformément à l’ordonnance N° 497 du 21 aout 1997, tel que pratiqué dans d’autres administrations ; le paiement des rappels solde ; l’arrimage des pensions retraite au nouveau système de rémunération, tel qu’arrêté à l’issue des négociations de juin 2015 ; la construction en quantité suffisante des établissements scolaires pour atteindre le ratio de 35 élèves par classe ; la mise en place de la commission ministérielle de traitement des dossiers des agents en service et en  attente de recrutement direct ; l’activation des travaux de la commission ministérielle du dialogue social.

Grève illimitée

Les responsables du Sena et de la Conasysed (premier plan) lors de la déclaration conjointe. © D.R

Les enseignants qui réclament tout aussi la mise en place d’un guichet spécial chargé de la régularisation des situations administratives des agents du secteur Education et l’octroi de la prime Covid-19, assurent que «le gouvernement ne manifeste aucune volonté d’améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants et des autres personnels du secteur Education». Pourtant, affirment-ils, concernant certains points, des accords formels ont été actés avec à la clé, un échéancier précis qui n’est pas respecté. Qualifiant cet état de fait de subterfuge du gouvernement pour gagner du temps, affaiblir et discréditer l’action syndicale, les deux organisations syndicales ont, au-delà de leurs divergences, décidé de fédérer leurs forces.

Ils veulent contraindre le gouvernement à apporter des solutions immédiates et concrètes à leurs revendications. «Dans cette logique, des actions concertées,  ciblées et d’envergure seront menées dans les tout prochains jours sur toute l’étendue du territoire national». Réitérant le mot d’ordre de grève de la Conasysed et le boycott du Sena, ils demandent aux parents de garder leurs enfants à la maison jusqu’au retour à la normale. Est-ce le début d’un premier mouvement de grève illimité ?

Les responsables du Sena et de la Conasysed (premier plan) lors de la déclaration conjointe. © D.R

 
GR
 

2 Commentaires

  1. nze dit :

    Vraiment,les enseignants sont de veritable fénéants,apres 3mois de congés tous frais payés,ils arriv toujours à trouver une echappatoire pour ne pas travailler.c’est le seul corp admnistratif qui beneficie d’un repos aussi long. il faut supprimer les congés des enseignants.pourquoi ils ne font pas leur revendication pendant les congés?

  2. Jean .jacques dit :

    Je pense qu’au Gabon on doit mettre les mesures plus dures pour les grévistes 1 jour de grève on coupe les salaire. Au Gabon trs et tjrs eux.enseignants les gens des finance et médecins.voila les champions du désordre dans le pays.

Poster un commentaire