mdas

Le forum national en vue de la mise en œuvre de l’Approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques (SAICM) qui s’est tenu durant près de quarante huit heures à l’auditorium du ministère des Eaux et Forêts, s’est achevé sur plusieurs recommandations participant à mieux juguler les risques y relatifs.

Gabonreview.com - Évolution des étiquettes signalant des produits chimiques et dangereux

Rendue possible grâce au centre national anti-pollution (CNAP) en collaboration avec l’institut des Nations unies pour la formation et la recherche (Unitar), la seconde phase du projet national pour la mise en œuvre de l’Approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques (SAICM) au Gabon qui était axée sur la gouvernance et la définition a connu des avancées significatives à en croire les experts ayant pris part à ces réflexions.

«Les résultats de cette réunion ont établi les grandes lignes des priorités d’actions qu’il faut mener et planifier pour leurs mises en œuvre. L’institution que je représente pense qu’il faut passer au stade de travail afin d’obtenir l’engagement des parties prenantes et des décideurs de ce grand projet», a indiqué le docteur John Haines, consultant représentant l’Unitar.

Après plusieurs heures de discussion en vue de s’accorder sur les données, les informations et la définition des éléments devant intégrer la stratégie national appliquée dans la gestion des produits chimiques, plusieurs recommandations ont été adoptées et feront l’objet de propositions aux dirigeants pour validation.

Au nombre des recommandations, les participants se sont accordés entre autres, sur la nécessité de renforcer le cadre législatif et réglementaire ; la mise en place d’une coordination nationale visant à favoriser la gestion des produits chimiques au Gabon ; la facilitation de partage de l’information entre les administrations en charge de ce sujet ; le contrôle et la surveillance de la qualité des matières actives ; la destruction des stocks obsolètes de produits chimiques et des emballages ; la création d’un Centre anti poison (CAP) fonctionnel et opérationnel ; l’obligation pour les importateurs de traduire les étiquettes des produits en langue française et le renforcement de la coopération entre le Gabon et les États de la sous-régions en matière de gestion des produits chimiques.

«Je voudrais vous rassurer ici que vos recommandations seront fidèlement transmises au gouvernement pour une mise œuvre rapide», a souligné le secrétaire général du ministère de l’Économie et du Développement durable, Jean Philipe Ndong Biyogho, clôturant les travaux du forum.

L’approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques est un cadre politique mondial visant à promouvoir la sécurité chimique partout dans le monde. De nature volontaire, ce cadre politique se démarque par sa très large portée. Avec pour but général d’atteindre l’objectif énoncé dans le Plan d’application de Johannesburg, selon lequel, d’ici à 2020, les produits chimiques seront produits et utilisés de manière à ce que les effets néfastes graves qu’ils ont sur la santé des êtres humains et sur l’environnement soient réduits au minimum. Les objectifs précis du SAICM sont regroupés en cinq thèmes : réduction des risques ; connaissances et information ; gouvernance ; développement des capacités et coopération technique ; trafic international illicite.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Serge Molly dit :

    je suis très surpris du rendu qui vient d’être fait en ligne par un média national que je ne connaissais pas malgré le temps mis sur le net. je serai très heureux de vous voir à chacune des sorties du Centre National Antipollution pour sensibiliser les populations sur les dangereux inhérents à la mauvaise utilisation des produits chimiques. je reste persuadé qu’avec votre dynamisme notre Grand Pays le GABON atteindra les objectifs de SAICM avec efficacité.

Poster un commentaire