TATIE

Le Conseil des ministres du 20 novembre a approuvé la loi autorisant la ratification du traité portant création de l’Agence Africaine du Médicament (AMA), adopté le 11 février 2019 à Addis-Abeba en Ethiopie.

Le Gabon va ratifier le traité portant création de l Agence Africaine du Médicament. © shutterstock

 

Sept mois après avoir signé le traité portant création de l’Agence Africaine du Médicament(AMA), adopté le 11 février 2019 à Addis-Abeba en Ethiopie, le Gabon est autorisé à ratifier ce traité. Libreville va ainsi adhérer à la mise en place de cet instrument susceptible de participer à l’amélioration des capacités des États membres de l’Union africaine dans la réglementation des produits médicaux, afin d’atteindre les normes internationales acceptables.

«L’adoption de cette loi en vue de sa ratification marque la volonté de notre pays d’adhérer à la création de l’instance continentale en charge de fournir aux Etats membres de l’Union Africaine un environnement favorable à la recherche et au développement pharmaceutique, à la production locale, au commerce, à la mutualisation des expertises et au renforcement des capacités du personnel médical», assure le Conseil des ministres.

Selon les termes du traité adopté par les chefs d’État et de gouvernement, lors de la 32e session ordinaire de l’Assemblée générale de l’UA, le 11 février 2019 à Addis-Abeba, l’AMA servira d’organisme de réglementation continental qui assurera le leadership réglementaire, pour garantir l’existence des systèmes réglementaires harmonisés et renforcés destinés à une gestion appropriée de la réglementation des médicaments et des produits médicaux sur le continent africain.

L’Agence réglementera l’accès à des médicaments essentiels et à des technologies de santé sûres, efficaces, de bonne qualité et abordables grâce à la coordination des systèmes de réglementation en cours. L’AMA renforcera et harmonisera également les efforts de la Commission de l’UA (CUA), des Communautés économiques régionales (CER), des organisations régionales de santé (ORS) et des États membres, tout en leur fournissant des orientations réglementaires idoines.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire