HABANA

 

Que se passe-t-il avec les élèves et étudiants gabonais du Sénégal ? C’est la question que l’on se pose depuis la publication, ce 31 mai, par l’Association des étudiants et élèves gabonais au Sénégal (AEEGS) d’un communiqué alarmiste. Il y est notamment aux étudiants gabonais au pays de “la Teranga” de «faire preuve de vigilance» et d’éviter les sorties en solitaire. Une vidéo amateur indique que certains d’entre eux ont été arrosés avec de l’acide.

Les étudiants gabonais sont-ils victimes de xénophobie au pays de la Téranga ? (Image à titre illustratif). © Gabonreview/Shutterstock

 

Les étudiants et élèves gabonais sont-ils victimes d’actes de xénophobie au pays de la Téranga ? La question se pose ces derniers jours alors que des voix montent et affirment que des apprenants gabonais résidant au Sénégal seraient en proie à des actes d’agression. Dans une vidéo amateur en circulation sur les réseaux sociaux, un étudiant en pleurs se plaint d’avoir été arrosé à l’acide à son domicile. On comprend mieux l’appel à la prudence et à la vigilance, lancé ce 31 mai par le président de l’Association des étudiants et élèves gabonais au Sénégal (AEEGS), Rémy Endamane Ndoume.

A travers un communiqué, il exhorte la communauté estudiantine gabonaise à faire preuve de vigilance «au regard des multiples agressions dont font face certains compatriotes». L’association recommande à cet important contingent d’étudiants et d’élèves d’éviter «les sorties solitaires, les sorties nocturnes au-delà de 21h et les endroits isolés». Elle conseille par ailleurs aux étudiants de se barricader, une fois rentrés dans leurs maisons. «Fermez toutes les issues de sorties (portes, fenêtres, balcons) en attendant que tout soit mis au clair», suggère l’AEEGS. Invitant la communauté estudiantine gabonaise à ne pas se laisser envahir par la peur, l’association rappelle que «la sécurité débute par une prise de conscience».

Pour l’heure, aucune source de la représentation diplomatique gabonaise à Dakar ne s’est encore prononcée sur cette affaire d’agression. La communication de l’AEEGS interpelle et invite à des clarifications notamment des responsables de l’ambassade du Gabon au Sénégal. Ce, d’autant plus que les parents dont la progéniture a été envoyée dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest pour des études ne savent à quel saint se vouer.

Aux dernières nouvelles, il y a eu quelques exagérations, notamment au sujet de l’arrosage à  l’acide des étudiants Gabonais. Lire le tweet ci-dessous. ⬇️⬇️⬇️

 

 
GR
 

7 Commentaires

  1. Jones dit :

    Le Sénégal moins un pays d’Afrique supposé moins riche que le Gabon, pourtant les gabonais y vont pour faire des études ! Comprendre où se trouve l’erreur !

  2. Say dit :

    A nos frères africains. Il n’y a point de xénophobie envers les gabonais ni envers aucun autre peuple africain. Nous sommes face à une montée inquiétante de la criminalité. Ces dernières semaines des nervis ( bandits armés) s’attaquent aux opposants et militants sans que, à date, aucune sanction ne soit annoncée.

  3. Essono Mezui dit :

    C’est une volonté organisée,
    Il y a des rétrocommissions dans le cout des formations payées par le Gabon.
    Quand nous étions au Benin, certaines formations coutaient le double pour les Gabonais alors que les autres autres étudiants africains étaient au le simple Prix.
    Ceux qui sont chargés au Gabon de sélectionner les écoles en Afrique touchent un grosse commission de ces pays.
    De fait, il y a surfacturation des formations, et une fois l’argent virée du Gabon vers l’école . Ces écoles reversent une bonne partie de cette argent c’est une vrai mafia les bourse et stage du Gabon. Ce Système a commencé à l’époque ou Bayogha était directeur des bourses et stages.

  4. diogene dit :

    Vraisemblablement cet article donne dans le sensationnel, puisque monsieur DZONTEU choisit un titre accrocheur mais non avéré, mélodramatique à souhait alors que semble t il, il ne s’agit d’une agression par des délinquants, comme il y en a à LBV tous les jours !
    Finalement ce journaleux excite la xénophobie des gabonais à l’égard des sénégalais !

  5. Manec dit :

    En tant que sénégalais, j’ai eu peur en lisant l’article mais finalement il s’agit d’agression d’étudiants gabonais par de vulgaires voyous.

  6. Bonjour, je suis moi-même père d’une étudiante au Sénégal, les faits dramatises ici ne reflètent pas la réalité des faits.
    Que faisait ses étudiants à pareille heure dehors malgré les restrictions sanitaires en vigueur dans le monde? Les parents devraient Plutôt rappeler à leurs enfants les vraies raisons de leur présence dans ce pays frère.
    Tout va bien, nos 2enfants vont très bien.

Poster un commentaire