HABANA

 

La Cour criminelle de Port-Gentil a, le 7 avril, reconnu le nommé Régis James Nzoghé coupable du crime contre sa compagne Boudzongha Mimbondo Dorisca et l’a condamné à 15 ans de réclusion criminelle, dont 5 avec sursis.

Nzoghé Régis James condamné à 15 ans de prison pour coups mortels. © Gabonreview

 

La Cour criminelle de Port-Gentil en sa session criminelle du 7 avril a condamné sieur Régis James Nzoghé à 15 ans de réclusion criminelle, pour coups mortels portés sur sa compagne Dorisca Boudzongha Mimbondo, le 1er janvier 2018 à Port-Gentil.

Les faits remontés au 1er janvier 2018 au quartier Sindara dans le 3é arrondissement de la commune de Port-Gentil, où une violente dispute éclatait entre le nommé Régis James Nzoghé et sa concubine Dorisca Boudzongha Mimbondo Dorisca. Au cours de celle-ci, cette dernière recevait plusieurs coups à l’aide d’une bouteille cassée qui lui occasionnaient de graves blessures de 10 à 15cm. Et ayant conduit à son décès.

Interpellé plus entendu en enquête préliminaire et ce devant le magistrat instructeur, l’accusé aurait révélé qu’il aurait passé la fête à son lieu de travail et que le matin il a regagné son domicile. C’est en entrant qu’il constata que sa chambre était sous dessus et dessous. Il se rapprocha ainsi de son frère aîné à qui il déclara qu’il avait perdu une somme de 15000 francs CFA. Il appelait alors sa petite amie Dorisca et lui demandait où elle était. Elle de dire qu’elle était au niveau du marché grand village et qu’elle les rejoignait le plus tôt possible. En arrivant à la maison, cette dernière demandait à Nzoghé Régis de quoi il était question lui qui discutait avec son frère. Il bronchait en disant «cela ne te regarde pas».

C’est ainsi qu’elle commençait par l’insulter en disant «bête, maboule, chien et ignorant» et le gifla sévèrement. C’est ainsi que la dispute éclata. Elle est montée sur lui et l’a mordu à la lèvre inférieure. Il la poussa, en tombant celle-ci ramasse une bouteille de coca qu’elle voulait asséner à son petit ami. Dans son élan, elle fut interrompue par l’éruption de son grand frère. Quelque temps après elle se sert d’une autre bouteille dont elle garda un morceau de verre qu’elle voulait enfoncer également à son amant. Il la repoussait et elle tombait sur les débris de bouteilles. Il constata alors qu’elle saignait au niveau des côtes. Afin d’arrêter l’hémorragie, il a pris une chemise avec laquelle il faisait un garrot. Mais elle continuait de saigner. Accompagnés de son frère, ils partirent à l’hôpital, sur place, le médecin constata qu’elle était déjà passée de vie à trépas bien avant son arrivée aux soins infirmiers.

Lors de l’audition à la barre, le nommé Nzoghé Régis Régis aurait réitéré les déclarations faites tout au long de la procédure. Cependant lors de l’audition criminelle à la barre, les contradictions relevées tout au long de la procédure ont démontré une volonté pour l’accusé de vouloir se soustraire aux sanctions pénales. De même que, de ce qu’il ressort des procès-verbaux, son frère, sieur Ekang Minko Évrard déclarait en enquête préliminaire que l’accusé lui avait avoué dans le taxi qui les transportait à l’hôpital «qu’il avait cassé une bouteille et qu’il avait enfoncé à la victime».

Face à cet état des faits, la Cour criminelle de Port-Gentil est restée ferme dans ses décisions et a déclaré Nzoghé Régis coupable du crime de coups mortels et condamné à 15 ans de réclusion criminelle, dont 5 ans de sursis.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Autre dit :

    Cet article n’a pas été relu avant publication à mon avis. Le temps par excellence de la narration est le passé simple. Parfois, on y ajoute l’imparfait. Mais dans cet article, tout y est et ce n’est pas digeste.. Le style est lourd. On dirait que c’est un ado de 13 ans qui relate les faits.

Poster un commentaire