HABANA

 

Profitant de ce que le président américain, organisateur de la rencontre, lui a permis de prononcer un discours lors de l’ouverture de la réunion virtuelle des 40 leaders du monde sur le climat, le président gabonais s’est fait défenseur des intérêts de l’Afrique, déclarant que le continent attend beaucoup de ce sommet qui prépare la prochaine COP à Glasgow, en Écosse.

Ali Bongo, lors de l’ouverture du sommet virtuel sur le climat, le 22 avril 2021, à Libreville. © Communication présidentielle

 

Organisée par Joe Biden, la réunion virtuelle sur le climat s’est ouverte ce jeudi 22 avril. 40 dirigeants venus de tous les continents prennent part à cet évènement qui prépare la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) prévue du 1er au 12 novembre 2021, à Glasgow, en Écosse. Ali Bongo fait partie des rares chefs d’État africains conviés par le patron de la Maison-Blanche. Il n’a pas manqué l’occasion pour se faire le porte-voix de son continent.

«L’Afrique, durement frappée par le réchauffement climatique, attend beaucoup de ce sommet», a-t-il défendu, non sans rappeler le rôle capital que jouent les forêts du Bassin du Congo dans la captation de plusieurs milliards de CO2, contribuant ainsi à éviter une aggravation du réchauffement climatique mondial, rapporte la Communication présidentielle.

Faisant l’économie de son discours sur sa page Facebook, le président de la République, a invité les pays développés à «agir avec plus de vigueur au niveau mondial pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et donner au pays du Sud les moyens d’adapter leurs économies pour relever le défi, décisif pour l’avenir de notre planète et de notre humanité». Il a ainsi renouvelé son appel à soutenir l’Initiative d’adaptation pour l’Afrique (IAA) censée permettre de réunir des capitaux en vue du Fonds Vert pour le Climat ainsi que le financement de la dette climatique des pays africains.

Ali Bongo estime en effet que «la lutte contre le changement climatique doit être une opportunité de développement, un moteur de croissance, y compris pour l’Afrique». Les travaux s’achèvent le vendredi 23 avril.

 
GR
 

9 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Je demande au Quai d’Orsay d’arrêter ce spectacle affligeant pour notre Gabon. Vous ne pouvez pas ridiculiser ainsi votre France, surtout pas vous les français imbus de votre personne. Alors,s’il vous plaît, arrêtez avec ce spectacle affligeant de cet Ali Bongo décédé à Riyad en octobre 2018. Les gabonais ne sont pas vos jouets SVP. Vous n’auriez jamais accepté que les allemands vous traitent de la sorte.

    Et je termine en vous disant: ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE AVEC VOTRE ZOMBIE D’ALI BONGO.

    • Fiacre dit :

      @Serge Makaya, je vous crois. Ce type est bien mort. Et nous attendons tous comment ces français vont nous annoncer son décès. Mais le simple fait de vouloir nous faire croire qu’il est vivant est véritablement une insulte, une moquerie au peuple gabonais. Attendons ce jour d’annonce…

  2. Irène dit :

    Si c’est lui qui « défend » les intérêts de l’Afrique, c’est perdu d’avance. Car rien de bon ne peut sortir, malheureusement, de cette famille.

    • Kabore Michel dit :

      Famille instrumentalisée par la francafrique. Important à souligner. Et c’est le genre de personnes que cherche la francafrique. Elle l’a trouvée en la personne du fils d’Idriss Déby. L’opposition fera tout ce qu’il voudra, rien ne changera.

      C’est le rassemblement de votre peuple qui fera freiner ces français. Sinon, ils ne s’arrêteront pas de nous humilier.

      Il y a une personne dans ce site qui invite souvent à la solidarité des gabonais. Il a raison. C’est l’union qui sera votre force. Divisé, vous n’y arriverez jamais. Mais unis, vous n’aurez même pas besoin de révolution sanglante. Tout se fera en douceur. Mais il faut vraiment être unis. C’est cette unité que craint véritablement la francafrique.

      A vous de voir.

      Un burkinabé installé au Gabon: Kabore Michel.

  3. Teddy dit :

    Ce n’est pas Ali Bongo. Un point c’est tout.

  4. Bassomba dit :

    Félicitations à notre Chef de l’Etat Ali pour ce leadership régional en matière d’environnement.

Poster un commentaire