GR

La Société de transformation agricole et développement rural (Sotrader) va poursuivre en 2020, la construction des marchés et points de vente de la Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine). Actuellement, ces espaces commerciaux sont uniquement disponibles dans l’Estuaire, à Libreville et Owendo.

Un point vente Graine au quartier Louis, à Libreville. © Gabonreview

 

2019 a marqué la phase pilote pour la Société de transformation agricole et développement rural (Sotrader) avec le lancement à Libreville, de marchés de la Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine). Le projet va se poursuivre en 2020 avec la construction de nouveaux points de vente et marchés dans les capitales provinciales, ainsi que sur les sites d’Olam Palm Gabon (Awala, Mboukou, Mandji et Moutassou) et Olam Rubber (Bitam).

Un projet dont la concrétisation confortera Sotrader dans rôle de courtier national, chargé de soutenir la distribution des produits des nationaux engagés dans l’agriculture, l’élevage et la pêche, dans un milieu sain. À travers les marchés Graine, en effet, Sotrader entend encourager les coopératives et agriculteurs indépendants à produire plus afin d’inciter les Gabonais au retour à la terre, à une autonomie alimentaire. L’idée est également de créer des emplois dans le secteur agricole.

«Dans la perspective d’assurer aux producteurs gabonais la commercialisation de leur production et des revenus décents d’une part et d’autre part, de garantir aux consommateurs locaux l’accès à des produits agricoles de qualité et à des coûts raisonnables, le Comité de Pilotage du Programme Graine a mandaté la Sotrader à devenir le courtier national de la production agricole nationale», a confié le coordinateur général du programme Graine. «À ce titre, elle développera un réseau de points de collecte et de vente sur l’ensemble du territoire national», a ajouté Calixte Mbeng, relayé par africaconfidentialgabon.com.

En attendant la construction de nouveaux marchés et points de vente Graine dans les autres provinces, l’Estuaire est déjà bien avancée. La capitale gabonaise compte déjà un marché Graine au quartier dit Charbonnages et des points de vente à Louis et l’aéroport de Libreville. Un point de vente est également opérationnel à Owendo, au niveau de GSEZ Port.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Paul Bismuth dit :

    Il y a un ministre, je me souviens, qui disait qu’il ne fallait pas que les gabonais pensent qu’il n’y a qu’à Libreville qu’on puisse faire sa vie. Mais si on veut que les gabonais sortent de cette logique, il faut repenser notre aménagement du territoire. Il faut développer des activités économiques et des des services publics dans l’hinterland. On apporterait ainsi, sans en faire le remède ultime, des réponses aux problématiques du chômage et des procédures administratives longues. Ces antennes de la sotrader sont une bonne initiative. Il en faudrait davantage de ce type. Plus de déconcentration des services, voire plus de décentralisation. Mais qu’ils n’oublient pas au gouvernement de construire des bonnes routes. Car cela permettrait un décloisonnement des collectivités les plus éloignées et donc un meilleur acheminement des produits vers les lieux d’écoulement.

Poster un commentaire