TATIE

 

La Compagnie financière africaine (Cofina) et l’Organisation non gouvernementale Ogooué Labs ont signé une convention le 25 novembre en vue de financer le Programme StartX241 crée par l’incubateur. Le programme permettra de créer 10 startups Tech, recruter et former 20 entrepreneurs gabonais au management de startup. Ce qui favorisera à terme l’insertion de près de 40 jeunes gabonais.

Le directeur général de Cofina Yvan N’na Mboma et le fondateur de Ogooué Labs lors de la signature de la convention, le 25 novembre 2020 © Gabonreview

 

La Compagnie financière africaine (Cofina) vient de marquer un pas important dans son engament pour le soutien à l’entrepreneuriat.

Le 25 novembre, la structure de « mesofiance » a signé une convention avec l’Organisation non gouvernementale Ogooué Labs, en vue de financer à hauteur de 250 millions de francs CFA le Programme StartX241 créé par l’incubateur.

Lancé il y a quelques semaines, le Programme StartX241 vise à accélérer la distribution des produits de startups Tech francophones vers les territoires où leurs produits ne sont pas présents.

Prévu pour démarrer en décembre, le Programme StartX241 projette de créer 10 startups Tech, recruter et former 20 entrepreneurs gabonais au management de startup. Ceci favorisera à terme l’insertion de près de 40 jeunes gabonais au sein de ces startups.

Pour le fondateur d’Ogooué Labs, «cette convention marque le début d’un partenariat stratégique pour le Gabon qui est lancé le dans la transition numérique». Sylvère Boussamba estime en effet que «l’engament de Cofina montre sa parfaite compréhension des enjeux et des défis autour de l’économie numérique au Gabon et en Afrique».

À en croire le fondateur de Ogooué Labs, le programme StartX241 permettra à 20 entrepreneurs gabonais d’être formés à l’entrepreneuriat du numérique et d’être recrutés au sein des dix startups Tech qui seront créées au Gabon, grâce aux partenariats stratégiques avec Hemera, accélérateur bordelais spécialisé dans l’accompagnement de startup à fort potentiel.

En créant ces startups, a renchéri Sylvère Boussamba, le «Gabon fait un bond en avant, d’un point de vue technologique et économique qui favorisera le développement rapide de nos startups».

Poursuivant, Sylvère Boussamba soutient qu’en «déployant ces startups gabonaises vers 11 pays de la CEEAC, le Gabon augmente ses chances de réussites économiques de ses startups. D’autant qu’ils vont s’attaquer à un marché de plus de 200 millions de consommateurs».

«Cette dynamique, permettra à 20 entrepreneurs  gabonais de piloter des startups en Afrique centrale et à une quarantaine de jeunes gabonais  de trouver de l’emploi» a précisé le fondateur d’Ogooué Labs.

Le directeur général de Cofina estime pour sa part que l’action de Cofina Gabon s’inscrit dans la vision du «Président directeur général, Jean-Luc Konan, qui est de soutenir l’entrepreneuriat au sein des pays où Cofina développe ses activités».

Estimant être à justice titre dans son domaine d’intervention, Yvan N’na Mboma a relevé que le financement de l’entrepreneuriat de la Tech s’explique par les opportunités d’affaires et les flux générés par  l’économie numérique.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire