HABANA

 

Le président tchadien, le maréchal Idriss Deby Itno, 68 ans, fraîchement réélu pour un 6e mandat, est décédé ce 20 avril des suites de blessures reçues au front, au cours d’une opération militaire. L’annonce a été faite, ce jour, par l’armée sur la télévision nationale tchadienne.

Le président Idriss Deby Itno, fait Maréchal par le Parlement de son pays, est décédé ce 20 avril 2021. © D.R.

 

Réélu, il y a quelques jours pour un sixième mandat, avec 79,32% des suffrages exprimés, le maréchal Idriss Deby Itno, président du Tchad depuis 30 ans, qui faisait face à une rébellion au nord de son pays, est décédé ce 20 avril. Il a succombé aux blessures reçues le weekend dernier alors qu’il commandait lui-même son armée dans des combats contre des rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact), dans la région du Kanem.

Sur la télévision nationale tchadienne, le porte-​parle de l’armée tchadienne, le général Azem Bermandoa Agouna, à la tête d’un groupe de hauts gradés, a communiqué : «Le président de la République, chef de l’Etat, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad».

L’un de ses fils, général quatre étoiles de 37 ans et commandant de la garde présidentielle, Mahamat Idriss Déby Itno, dirigera un Conseil militaire chargé de remplacer le défunt président, a annoncé l’armée.

Idriss Déby, 68 ans, militaire de carrière, s’était emparé du pouvoir en 1990 à l’issue d’un coup d’État. Promu au rang de Maréchal en août dernier, il venait d’être réélu pour un mandat de 6 ans avec 79,32% des suffrages exprimés, d’après les résultats provisoires énoncés lundi soir par l’instance électorale nationale.

Selon ses proches, le chef de l’État tchadien s’était rendu samedi et dimanche derniers sur le front opposant son armée à une colonne de rebelles qui avait lancé une offensive à partir de bases arrières en Libye le jour du scrutin, le 11 avril. Il meurt à la suite à des blessures reçues lors de cette présence sur le terrain des opérations.

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Jean .jacques dit :

    Des telles informations les faux et criminels opposants du Gabon sont content avec votre haine.?

  2. Serge Makaya dit :

    CE QUI EST REGRETTABLE DANS TOUS ÇA, C’EST L’IMAGE QUE NOUS DONNONS EN TANT QU’AFRICAINS. POUR LES EUROPÉENS ET AUTRES PERSONNES DE RACE DITE BLANCHE, L’AFRICAIN OU L’HOMME NOIR SE RÉSUME À ÇA: GUERRE – TRIBALISME – PAUVRETÉ – MENDICITÉ – ET TOUTES LES AUTRES FORMES DE MISÈRES DE CE MONDE…

    VOILÀ L’HOMME AFRICAIN, OU DU MOINS L’IMAGE QU’ON VOUDRAIT NOUS DONNER. ET ÇA NE SE LIMITE PAS SEULEMENT À L’HOMME AFRICAIN, MAIS AUSSI À TOUT HOMME ET/OU FEMME QUALIFIÉ SOUVENT DE COULEUR (EXPRESSION EXTRÊMEMENT PÉJORATIVE). CAR VOULOIR QUALIFIER D’AUTRES D’HOMMES OU DE FEMMES DE COULEURS VOUDRAIT EN RÉALITÉ NOUS FAIRE CROIRE QUE CEUX QUI UTILISENT CETTE EXPRESSION PÉJORATIVE NE SONT PAS, EUX, DES HOMMES ET DES FEMMES DE COULEURS.

    QUESTION: LE BLANC, N’EST-IL PAS UNE COULEUR PARMI TANT D’AUTRES ?

    JE SUIS EXTRÊMEMENT DÉÇU DE ME RENDRE COMPTE QUE L’AFRICAIN N’A TOUJOURS PAS COMPRIS QUE SA RÉUSSITE PASSERA PAR SON UNITÉ. SANS CETTE UNITÉ (AU DELÀ DE NOTRE DIVERSITÉ CULTURELLE) L’AFRIQUE NOIRE N’AVANCERA JAMAIS, A LA GRANDE JOIE DES PERSONNES DE RACE BLANCHE: DIVISER POUR MIEUX RÉGNER.

  3. Félix AYENET dit :

    A peine reélu, Débi est tué sur le champs de bataille et remplacé par son fils. Que dit la constitution du Tchad ? A quoi servent nos constitutions dans nos pays africains ?

  4. Lafayette dit :

    Nos constitutions servent de papier à se torcher.

  5. Lafayette dit :

    Tué sur le front, alors qu’il a recu des balles à la nuque et à l’abdomaine? On n’est pas dupe, il a été exécuté par ses partisans.

Poster un commentaire