mdas

 

Un voiturier de l’hôtel The Peninsula Paris a égratigné, en octobre dernier, un véhicule de luxe de Pierre-Emerick Aubameyang durant une manœuvre. En guise de dédommagement, l’international gabonais s’est vu offert par l’hôtel de luxe situé en plein cœur de Paris, un an de nuitées gratuites à raison de 460 000 francs CFA la nuitée.

The Peninsula Paris a offert à Pierre-Emerick Aubameyang, un an de nuitée gratuit. © luxsure.fr

 

C’est une affaire dont se serait bien passé The Peninsula Paris, hôtel cinq étoiles situé au cœur de la capitale français. Selon Sportune, dans un article publié le 3 novembre, cet établissement s’est proposé de dédommager Pierre-Emerick Aubameyang à hauteur d’un an gratuit de nuitées. Une compensation proposée à l’attaquant d’Arsenal (D1 anglaise) après qu’un voiturier de l’hôtel a égratigné la Lamborghini Aventador à 656 millions de francs CFA de l’international gabonais.

L’histoire a été révélée au grand jour sur les réseaux sociaux, le 3 octobre dernier, par un spécialiste du partage de clichés de voitures de luxe. Ce dernier a assisté à une drôle de manœuvre d’un voiturier, essayant de garer en marche arrière une Bugatti Veyron, juste à côté du Lamborghini Aventador de Pierre-Emerick Aubameyang. Dans sa maladroite tentative, le voiturier emboutira la belle italienne customisée couleur irisée.

Le Gabonais a découvert l’histoire sur les réseaux sociaux. «Au départ, ils (à l’hôtel) ne me l’ont pas dit. Mais sur Instagram les choses vont très vite. Je consultais des images où j’étais tagué, car je connais pas mal de gens qui en prennent, des voitures. J’étais bien, je regardais quand tout à coup je fais : ‘’Hein ? Vraiment ?’’. J’y suis allé, j’ai demandé à voir le boss et j’ai dit : « Écoutez, je vous le montre, je retourne dans ma chambre et vous me direz ce que vous comptez faire, je ne veux pas commencer à trop parler», a raconté Pierre-Emerick Aubameyang.

A minima, The Peninsula Paris facture la nuitée à près de 460 000 francs CFA. «C’est une économie pour le footballeur, qui a un an pour profiter de ses séjours parisiens. Pour l’hôtel, par contre, c’est une ardoise énorme, si de surcroît l’établissement et ses assureurs ont à assumer le coût des réparations, sur de tels véhicules», a souligné le média spécialisé dans le sport business.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire