TATIE

L’Agence gabonaise de développement et de promotion de l’hôtellerie (Agatour) et Trans Akanda ont matérialisé un partenariat, le 26 septembre à Libreville, par un circuit test du «City tour». Cette randonnée visant à valoriser et promouvoir le tourisme dans la capitale gabonaise sera désormais facturée à moins de 10 000 francs CFA par «touriste», contre plus de 50 000 francs auparavant.

Les élèves de Michel Dirat lors du «City Tour», le 26 septembre 2020 à Libreville. © Gabonreview

 

48 heures après la signature d’un protocole d’accord l’Agence gabonaise de développement et de promotion de l’hôtellerie (Agatour) et Trans Akanda, en vue de démocratiser le «City Tour», les deux partenaires ont matérialisé leur entente. Cette randonnée visant à valoriser et promouvoir le tourisme dans la capitale gabonaise, a fait l’objet d’un test le 26 septembre à Libreville.

© Gabonreview

«Il y a eu le protocole d’accord entre Trans Akanda et Agatour autour du City Tour. Aujourd’hui était le premier test entre les deux parties et des élèves de l’école Michel Dirat pour voir la capacité de ce produit touristique que nous venons de relancer», a confié le directeur général de l’Agatour. «Ce circuit nous a prouvé à suffisance qu’il est assez pour les populations de découvrir l’âme et l’histoire de Libreville, la symbolique de certains bâtiments, lieux et stèles de la ville. Et nous encourageons les Gabonais à découvrir le City Tour de Libreville pour découvrir certaines facettes de notre belles capitale», a ajouté Christian Mbina.

L’objectif principal de l’accord entre Trans Akanda et l’Agatour est de réduire sensiblement le coût du City Tour. Avant, les agences de tourisme, ne disposant pas moyens de transport, louaient des bus pour le transport des «touristes» sur le parcours. Ce qui augmentait drastiquement le prix du produit parfois jusqu’à 70 000 francs CFA par client. «Nos services commerciaux sont à pied d’œuvre pour déterminer un tarif attractif de ce produit. Mais dans tous les cas, il ne dépassera pas 10 000 francs CFA», a affirmé le patron de l’Agatour.

La randonné test du «City Tour» a emprunté sensiblement le même circuit que d’habitude, partant de Tribunal, passant par Trois quartiers, le front de mer, Louis, la vallée Sainte-Marie, derrière la présidence de la République, Rénovation, Baraka, notamment. Un périple au cours duquel les visiteurs ont pu découvrir la symbolique autour de certains bâtiments, lieux et stèles de la ville.

«Le City Tour est très important car il s’inscrit dans une dimension historique», a affirmé un guide touristique. «Il permet en effet aux visiteurs de connaitre l’histoire de Libreville. Car nous pouvons passer par certains endroits dont nous ignorons l’histoire. Le City Tour est donc cette expérience permettant de connaitre certaines personnes qui nous ont précédé, l’histoire et empreintes laissées par ces dernières, à l’instar du capitaine N’Tchoréré. Chaque Gabonais doit donc découvrir le City Tour afin d’apprendre l’histoire de certains sites comme le Rond-Point de la Démocratie, la résidence de l’ambassadeur de France ou encore Baraka, qui est un ancien comptoir d’esclaves», a déclaré Latifa Ake Ayele.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Fiacre dit :

    Même si vous descendez à 2000 francs CFA, il y aura toujours une mauvaise gestion. Le mal de ce pays s’appelle Bongo-Valentin. C’est cela la racine du mal gabonais.

  2. Ake ayele lelika Latifa dit :

    Très bon article
    Mais mon prénom c’est Latifa et non latipa.

Poster un commentaire