HABANA

S’étant jusqu’ici présenté comme un des meilleurs élèves des institutions onusiennes notamment en matière de lutte contre la pandémie du coronavirus et ses conséquences pour les populations, le Gabon est invité comme d’autres États à travers le monde à «investir en priorité en faveur des enfants», en apportant par exemple un soutien financier direct aux familles pauvres.

L’Unicef préconise une aide financière directe aux enfants issus de familles pauvres. © Unicef

 

Depuis l’enregistrement du tout premier cas de Covid-19 sur le territoire national en mars 2020, le Gabon a tout fait conformément aux orientations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), quitte quelques fois à verser dans l’excès de zèle par rapport aux autres États africains. Comme pour s’attirer les faveurs et l’attention des organismes onusiens, le pays d’Ali Bongo a été l’un des premiers du continent à prendre dès avril 2020 des mesures de restrictions dont la plupart se sont révélées aussi impopulaires qu’improductives comme le témoignent les chiffres actuels liés à la surveillance épidémiologique.

Pourtant, bien que leurs initiatives soient souvent oubliées des instances de notation, les autorités gabonaises assurent avoir l’une des meilleures stratégies nationales de lutte contre le coronavirus et ses conséquences sur les populations du continent et particulièrement de la sous-région de l’Afrique centrale. Elles ont l’occasion de le prouver après l’alerte lancée ce mardi 16 février par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).

Sur sa page Facebook, l’agence de l’ONU consacrée à l’amélioration et à la promotion de la condition des enfants a invité les gouvernements, particulièrement ceux des pays en développement, à «investir en priorité en faveur des enfants». L’idée soumise par l’Unicef aux gouvernants est de réaliser «des transferts en espèces pour chaque enfant» pour les familles en situation de précarité.

«Aucun enfant ne devrait se demander s’il va manger demain. Pourtant, la Covid-19 va précipiter 140 millions d’enfants supplémentaires sous le seuil de pauvreté», prévient l’agence onusienne qui exhorte les gouvernements à «réinventer des manières de soutenir les enfants les plus vulnérables».

Unicef transfert argent Gabon

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Julien N'goua dit :

    Vous continuez à verser de l’argent à ces voleurs que sont les Bongo et Valentin. Et dire qu’il y a déjà assez d’argent au Gabon détourné par cette famille Bongo-Valentin. Sans compter ce qu’ils ont déjà amassés depuis plus de 50 ans de règne usurpé sans partage avec le soutien du Quai d’Orsay.

    Le Gabon est un pays qui n’a NULLEMENT besoin d’aide extérieure. Il a juste à sa tête des hommes et des femmes CORROMPUS-VOLEURS-ASSASSINS…

    Une fois que nous serons débarrassés de ces gens que le Quai d’Orsay ADORE (puisqu’ils sont fidèlement à son service), nous aurons gagné une guerre seulement. Restera à nous débarrasser aussi complètement de la nébuleuse francafrique avec qui le Gabon et l’Afrique subsaharienne ne progressera JAMAIS.

Poster un commentaire