mdas

 

Pour ce seul mois d’octobre, la brigade mixte du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à coronavirus (Copil) révèle avoir déjà mis la main sur plus de 140 passagers des agences Major Transporteur et Le Transporteur Voyages en possession de faux tests PCR et de fausses cartes de vaccination anti-Covid. Le gouvernement vient pourtant de lever sa mesure de suspension d’activité infligée une semaine plus tôt aux deux agences de transport terrestre.

Des véhicules de l’agence Major Transport à l’arrêt avant la levée de la mesure, le lundi 18 octobre 2021. © Capture d’écran/Gabon 1ère

 

Retour en grâce pour Major Transporteur et Le Transporteur Voyages. Les deux agences de transport terrestre avaient écopé d’une suspension de leurs activités le 13 octobre dernier et avaient été soumises à une amende de 1 million de FCFA chacune. Si Dr Guy Patrick Obiang Ndong explique que cette sanction avait pour «objectif principal d’éviter que les transports en commun ne soient des vecteurs de transmission de la Covid-19 à leurs différents passagers», le ministre de la Santé qui les a reçues, lundi 18 octobre, a toutefois levé la mesure.

À la brigade mixte du Copil, l’on soutient que les motifs ayant conduit à la sanction étaient pleinement justifiés. Il s’agissait, entre autres, du non-respect des mesures gouvernementales contre la propagation de la pandémie notamment le non-respect du nombre de passagers à bord, le transport des passagers sans test PCR. Mieux, les autorités révèlent que plusieurs dizaines de voyageurs disposaient de fausses cartes de vaccination et de faux tests PCR.

Depuis le début de ce mois d’octobre, en effet, «sur 408 personnes contrôlées par les agents de la brigade mixte dans les deux agences, 142 voyageurs ont été contrôlés soient munis d’un faux test PCR soient d’une fausse carte de vaccination», informe le ministère. Conséquence : bien qu’ayant autorisé la reprise des activités, le ministère de la Santé a maintenu la mesure de mise en demeure de ces agences.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. MAB dit :

    La prospérité de la culture du faux fauchera le Gabon si l’on ne se redéfinit pas moralement.

  2. Pauvre Gabon dit :

    C’est tout simplement injuste, ces contrôles sont disproportionnés. Pourquoi ne pas faire ces contrôles pour les transports en même temps. Les véhicules qui vont en direction future sud Gabon sont dans les mêmes conditions, les bateaux qui vont à POG. Pourquoi vouloir provoquer toujours faire de la provocation envers des populations déjà appauvri par la pandémie.
    Le gouvernement devrait plutôt chercher des solutions pouf sortir la population de ce chaos.
    Les 140 faux ne viennent pas des compagnies de transport, ce sont des individus qu’il faut condamner.
    C’est le gouvernement qui ne fait pas sa part, c’est bien de dire qu’il faut se vacciner mais ou sont les cartes de vaccination codées pour éviter la fraude. J’attends ma carte depuis 5 mois.
    Les citoyens ne vont se contrôler entre eux c’est le ressort de la république.

  3. BEYEME dit :

    Je ne comprends pas bien pourquoi ce sont les transporteurs qui doivent payer le prix de faux tests et cartes de vaccination covid-19. Ces agences disposent-elles de moyens humains pour contrôler la qualité du test PCR? Il faut plutôt aller voir du côté où ces documents sont livrés, suivez mon regard. Par contre, oui ces agences tout comme les autres transporteurs doivent être punis lorsque les mesures barrière ne sont pas respectées. Beaucoup d’entre eux continus de surcharger et les tarifs restent très élevés. Allez-y comprendre ce qui se passe au contrôle (COVID-19) à EKOUK entre les agents contrôleurs et les transporteurs. oh ! Pardon n’amenez pas mon nom, je parle ( écrit) trop !

Poster un commentaire