HABANA

Les bus de la société de transport en commun Trans’Urb circulent depuis le 19 février au-delà de 18h. Un service dénommé « Noctambus » a été mis en place pour desservir le Grand-Libreville jusqu’à 20h, soit 2h après le début du couvre-feu.

Des bus de Trans’Urb en service au-delà de 18h. © D.R.

 

Entre promesse d’augmentation du nombre de bus pour faciliter les déplacements des populations et poursuite de la gratuité du transport en commun dans le Grand-Libreville en cette période de crise sanitaire, le gouvernement a mis en place un service dénommé « Noctambus », via la société de transport en commun, Trans’Urb.

Son objectif est d’assurer en cette période de crise sanitaire le transport des populations du Grand-Libreville au-delà de 18h, l’heure du début du couvre-feu. «Nous avons autorisation nous, de circuler après le couvre-feu jusqu’à 20h pour permettre à tous les retardataires de rentrer chez eux», a fait savoir sur les antennes de Radio Gabon, le directeur général de Trans’Urb.

«Parce qu’on a constaté effectivement qu’à partir de 18h il y a de gros embouteillages et il y a pas mal de nos compatriotes qui avaient du mal à rallier leurs domiciles. Nous avons donc des autorisations de transporter toutes les populations au-delà de l’heure du couvre-feu, jusqu’à 20h pour faciliter le déplacement des populations», a expliqué Joël Lehman Sandougout qui parle d’une mesure fondamentale prise par le chef de l’Etat lors du dernier Conseil des ministres. Selon lui, le service a démarré vendredi dernier. «Nous avons travaillé jusqu’à 20h30. A partir de lundi nous allons continuer cette opération», a-t-il fait savoir.

Depuis 11 mois, Trans’Urb assure la gratuité du transport dans le Grand-Libreville. Si cette société est accompagnée de la Sogatra et de Trans’Akanda, son directeur général souligne qu’à elle seule, elle a transporté environ 15 millions de passagers depuis le début de cette mesure. «C’est un coût énorme. Mais comme l’a dit le chef de l’Etat, il est très attaché au social, donc nous société d’Etat, nous continuons à appliquer les mesures édictées par le gouvernement, notamment la gratuité du transport en commun des populations dans le Grand-Libreville», a renchéri Joël Lehman Sandougout. «Gels hydro alcooliques à la montée de tous les passagers, les masques sont de rigueur dans nos bus et tous les soirs, nous désinfectons tous les bus pour que nos compatriotes puissent voyager dans des conditions optimales de sécurité sanitaire», a-t-il commenté.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    Donc le couvre feu ne s’applique pas ?
    Alors que deux personnes au moins viennent de perdre la vie, le copinage lui peut s’épanouir ?

Poster un commentaire