GR

«Le Like n’est pas gage de performance, car ce n’est pas parce que vous avez 100 000 likes sur votre publication que vous aurez 100 000 clients qui achèteront votre produit.» Plutôt dur à entendre, mais Olivier Ona, l’assure : c’est la stricte réalité du monde merveilleux des réseaux sociaux, particulièrement au Gabon. Senior Digital Coordinator pour un opérateur de téléphonie mobile de la place, le jeune blogueur gabonais évoque ici la véritable importance du Like Facebook gabonais et la mythomanie de certains internautes. Lecture.  

Le Like n’est pas gage de performance. © D.R.

 

Facebook nous dit, une réaction montre un engagement supérieur à un Like, car du point de vue de ce dernier, cela prend plus de temps de réagir à un post plutôt que de le « liker ». En allant au-delà du Like, le socionaute vous montre qu’il souhaite avoir accès le plus souvent à votre contenu sur son fil d’actualité.

J’ai écrit cet article dans son épisode deux dans le but de vous faire comprendre que les faits sont là, le Like n’est pas gage de performance, car ce n’est pas parce que vous avez 100.000 likes sur votre publication que vous aurez 100.000 clients qui achèteront votre produit !

Et pire encore dernièrement, le Catalogue Challenge opposant Lord Ekomy Ndong à Franck Baponga nous a dévoilé ce qui est dit depuis longtemps au sujet du buzz sur les réseaux sociaux et de leur incapacité à se transformer en activation marketing.

Vous me direz oui, l’internaute gabonais n’est pas habitué aux achats sur internet donc il était évident que les ventes du nouvel album de Lord Ekomy Ndong ne seraient pas similaires au nombre de personnes connectées au Live face à Franck Baponga ou aux 7784 nouveaux fans de la page Facebook de CANAL+ Gabon. Et je dis que NON ! Car l’échec était prévisible voyez-vous, toute présence sur le social media obéit à un plan, obéit à une stratégie et qui dit stratégie cela veut dire que le final est l’activation que vous soyez un artiste, un styliste ou une grosse majeure.

Si je suis un artiste, en 2020 je dois être présent sur les réseaux, car tout le monde y est (mes potentiels fans) et c’est l’endroit idéal pour promouvoir ma musique. En y étant actif, je peux offrir cette visibilité à ma musique disponible sur les plateformes de téléchargements légaux et de streaming.

Il y a normalement un effet domino qui me serait profitable, car si dans une logique de mentions « J’aime » estimées à plus de 20.000 par semaine, la logique voudrait que cela impacte les téléchargements de mes singles, albums et autres mixtapes à au moins ces chiffres si ma musique trouve son public bien sûr.

Pour étayer mes propos dans le fait que le cumul des likes n’est pas systématiquement proportionnel à l’activation, je vais vous prendre l’exemple de ma page Facebook qui culmine à 702 fans Facebook avec un taux d’engagement moyen estimé à 6% par publication.

Aujourd’hui mon principal objectif en étant présent sur Facebook est de me positionner sur le réseau social comme référence dans l’analyse des tendances social media à destination des décideurs dans les directions marketing, les agences de communication et auprès des startups. Au final ce ciblage est entretenu dans le but de les rediriger vers mon blog ou chaque semaine je livre plusieurs analyses autour de l’écosystème gabonais.

Comme vous le savez tous, je ne suis pas un grand fan de la publicité Facebook dans mon positionnement et je suis plus poussé par l’engagement en organique qui est bien plus sincère, car en vérité l’afflux trop important de socionautes vers notre page a tendance à plomber l’engagement et je suis plus orienté vers le fait de prendre soin de l’existant en produisant des articles de qualité, bien structurés, documentés et apportant une véritable valeur ajoutée à mes lecteurs et lectrices.

Je vais vous expliquer, chiffres à l’appui, pourquoi j’insiste sur l’engagement en organique qui est beaucoup plus cohérent et nous oblige surtout à mieux travailler notre contenu et le positionnement sur le social media. Je souhaite surtout vous montrer la cohérence des chiffres entre l’engagement sur ma page Facebook et les visites sur mon blog via cette analyse comparative.

Première étape, les données de ma page Facebook Olivier ONA Pro :

Quelques détails de mes chiffres sur Facebook

Capture d’écran. © Facebook

 

Les publications sur ma page Facebook alternent entre partages de mes articles, partages de visuels d’annonce de mes évènements et mon concept de Lives Facebook baptisé Les TechCodeurs.

Pour une analyse rapide, déjà depuis le début de mon programme Les TechCodeurs, la portée de mes publications a considérablement évolué (57%). En dehors de la portée, l’interaction a également connu un bond pas négligeable du tout (3%), car je vous le disais la page est à un taux moyen de 6% par publication.

Capture d’écran. © Facebook

 

Quelques détails de mes chiffres sur mon blog

Capture d’écran. © Onaparle.tech

 

Capture d’écran. © Onaparle.tech

 

Pour en venir à mon blog, mon objectif est de me maintenir sur la barre des 100 visiteurs uniques par jour vue mon positionnement orienté tech.

La prochaine étape est de dépasser la barre des + 1500 visiteurs uniques au mois de mai 2020, pallier franchit en janvier dernier avec 1918 visiteurs uniques.

–              Constat

  1. Il faut qu’il y ait une cohérence entre vos fans Facebook et le trafic sur votre blog ;
  2. La publicité Facebook n’est pas systématiquement gage d’impact sur les ventes d’un produit.

Capture d’écran. © Facebook

 

Maintenant je vais faire un focus sur la situation qui favorise l’incohérence entre la communauté Facebook et la faible activation.

Lorsque vous vous lancez sur les réseaux sociaux, l’objectif est d’être visible afin de rencontrer vos clients et de les attirer vers vos pages. Dans ce cas de figure, deux options s’offrent à vous :

a). Développer votre présence en organique.

La présence en organique vous poussera à être focus sur le contenu proposé aux socionautes et le bouche-à-oreille fera le reste. Certes il met plus de temps avant de cumuler les 10.000 fans, mais vous aurez une communauté dynamique et fidèle.

b). Lancer une campagne de recrutement de fans.

Cette méthode est la plus prisée par les marques et les entrepreneurs, car d’une certaine manière elle accélère la taille de votre communauté en vous rendant visible dans un délai assez court.

Cependant, l’équation aurait été tellement simple sans compter l’algorithme Facebook. En effet, l’algorithme Facebook ou encore appelé Edge Rank est un script qui définit si les publications doivent apparaître dans le fil d’actualité d’un utilisateur ainsi que l’ordre d’apparence de ces publications.

Sans cesse mis à jour, il a pour but de déterminer qui voit les publications de votre page Facebook et qui ne les voit pas.

En usant de façon chronique la publicité Facebook, l’algorithme favorisera de moins en moins votre contenu organique. Et si votre contenu est moins valorisé, sachez qu’il sera moins visible par l’ensemble des fans achetés.

Et si vous avez un nombre important de fans non touchés par votre contenu du fait de l’Edge Rank, ne vous étonnez pas d’avoir des difficultés à activer une grande partie de votre communauté.

Il faut une cohérence dans votre positionnement sur les réseaux sociaux et la course aux likes ne doit pas être votre priorité. Vous devez avoir une stratégie qui vise à vous concentrer sur la qualité de votre contenu et sur le tunnel de vente menant à l’activation de vos fans sur les réseaux sociaux.

Car même si votre e-book est de qualité et que le tunnel de vente n’a pas été bien pensé, il vous sera difficile de convertir vos fans, car ils ne sauront pas comment acheter votre e-book. Et la partie activation est hyper sensible surtout lorsqu’il s’agit d’effectuer un achat en ligne dans un pays regroupant un nombre important d’internautes pas faciles à manœuvrer.

Je n’ai jamais eu confiance au ciblage publicitaire de Facebook, car j’ai toujours considéré l’engagement organique au détriment du tout pour la publicité, car en vérité un like ne vaut rien s’il n’est pas rentable à minima.

Un Like n’est pas véritablement un engagement de l’internaute par rapport à vous au contraire cela devient banale pour le Gabonais qui considère le Like comme un réflexe naturel sans engagement.

 Rares sont les fans qui poussent le bouchon plus loin que le simple Like en s’engageant par exemple dans une analyse de vos écrits sur votre blog ou même en commentaire sur votre page Facebook. En fait, ils ne sont pas des centaines à être capable d’activer l’internaute gabonais à moins de vous appeler Bet241, SEEG, iPi9 ou le PMUG.

Vous avez eu l’épisode 1 de mes trois articles dédiés au Like Facebook gabonais ICI, ce soir l’épisode 2 et dans quelques jours vous aurez l’épisode final.

Alors qu’en dites-vous ? Pensez-vous comme moi que le Like Facebook gabonais n’est pas systématiquement synonyme d’engagement ?

Olivier Ona, Senior Digital Coordinator chez Airtel Gabon, Blogueur spécialiste en analyse d’écosystèmes tech, Vacataire et spécialiste en communication digitale

 
GR
 

3 Commentaires

  1. HisKeviness dit :

    Je suis d’accord avec vous, et j’ai même envie de généraliser cet avis au-delà de frontières gabonaises. Le like Facebook est un outil de publicité: il permet de faire connaître. Mais le problème est: comment mesurer et surtout booster l’impact de la publicité les performances commerciales ? Je n’ai malheureusement pas les compétences pour y répondre…

    • Olivier ONA dit :

      Bonsoir HisKeviness,
      En vérité il faut avant tout avoir une stratégie sur les médias sociaux. Oui +700.000 gabonais y sont mais comment les rediriger vers votre page? Une fois dessus comment les garder actifs? Comment organiser l’acquisition de vos produits dans un schéma simple? Voici quelques questions à considérer avant de vous lancer et si vous avez fait le pas sans respecter ce questionnement vous pouvez encore faire marche arrière et rectifier le tir.

      Je vous invite à me suivre sur mon blog ww.onaparle.tech afin de profiter chaque semaine de conseils.

      Excellent week-end

  2. […] à l’article publié par Olivier Ona sur le site d’information Gabonreview (Lire ici ) J’ai jugé nécessaire de donner un autre regard de la question en tant que Digital Manager. […]

Poster un commentaire