" " Tribune libre : Canal 405, quand le sexe devient permanent dans nos foyers | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |
mdas


«Piètre qualité», acteurs médiocres et dégoutants, décors miteux, casting et réalisation au ras des pâquerettes… la pornographie servie par Dorcel Afrique, est à l’antipode de ce que donnent à voir les afro-américains. Sa facture heurte l’esprit de tous qui s’intéressent un tant soit peu à ce genre cinématographique. Auteur régulier, sur Facebook, d’un « Billet sarcastique » portant son nom, Serge Abslow démonte les fausses coutures de cette pornographie de pacotille qualifiée d’injure aux Africains. Il n’interpelle pas moins les pouvoirs publics.  

Bande annonce de Dorcel TV © (capture) Jeuneafrique

 

Observateur de l’arène sociale, économique et politique du Gabon, Serge Abslow est le chroniqueur du Billet sarcastique éponyme, régulièrement publié sur Facebook. © facebook/serge.abslow

J’ai découvert hier matin en faisant le tour de mon bouquet canalsat, sur la plage réservée aux contenus roses, précisément au canal 405, une chaine nommée « Dorcel Afrique« . Je rappelle que Marc Dorcel Vidéo (MDV) est une maison de production et de diffusion de films pornographiques basée en France et dont la réputation n’est plus à démontrer. Si cette maison de production a pignon sur rue, elle demeure néanmoins commercialement inscrite dans une démarche privative pour l’accès à ses productions.

Certainement pour attaquer le marché africain non encore exploité par ce type de productions, ce géant français de l’industrie du sexe, n’a pas trouvé mieux que de créer une franchise en Afrique pour produire des contenus pornographiques « typiquement africains« . Si l’intention commerciale n’est pas sans intérêt, il n’en demeure pas moins que sa mise en œuvre est une insupportable farce, tant la qualité des œuvres est, c’est le moins qu’on puisse dire, très en deçà des standards qualitatifs les plus élémentaires. Si on avait voulu dégoûter le monde entier des africains et africaines, on n’aurait pas pu faire mieux.

La franchise africaine du groupe MDV baptisée « Dorcel Afrique« , diffuse donc des contenus pornographiques dont la piètre qualité n’a d’égal que la médiocrité des comédiens et la loufoquerie des décors. Si le marché du sexe en Afrique s’est toujours vendu sous le label de l’exotisme, il est regrettable que MDV se soit franchement émancipée de sa rigueur professionnelle habituelle pour produire des navets qui dégoûtent plus qu’ils n’enchantent les amateurs de ce genre cinématographique, qu’ils soient africains, asiatiques ou occidentaux. Dorcel Afrique est une véritable injure faite aux africains. C’est insupportable !

La mission inavouée de promotion au rabais du sexe africain est clairement affichée. Le casting des actrices qui ne correspondent nullement aux canons de beauté africains est un vrai scandale. Avec une hygiène corporelle douteuse dont la manifestation se décline en une panoplie d’anomalies allant de (1) la galle à peine cautérisée à (2) la mycose à peine cicatrisée en passant par des (3) épilations aux noirceurs douteuses et inquiétantes… Cerise sur le gâteau, on a droit à des bourrelets suintant de graisse. Tout cela sur fond de décors misérabilistes dont la promiscuité plonge les acteurs et les téléspectateurs dans un univers inconfortable qui achève de vous dégoûter de ces pornos de pacotille.

Il est pour le moins étonnant que MDV ait choisi le Cameroun comme terre de prédilection, pour faire son marché du sexe au rabais. Comme si ce pays était devenu un paradis sexuel où tout est permis et où la dignité humaine s’achète à quelques euros. Nos frères du 237, toujours prompts à exploiter de nouveaux filons, ont flairé, avant tout le monde, la bonne affaire. Au diable donc, la bonne vieille pudeur africaine ! Pourvu qu’on gagne quelques euros. Et peu importe l’image qu’on donne du pays et du continent. L’impossible n’est-il pas camerounais ? Et bientôt, peut-être, d’autres africains leur emboîteront le pas pour alimenter cette industrie naissante et avilissante du sexe tel que pratiqué dans nos sociétés.

Mais le plus choquant de toute cette histoire, c’est qu’au-delà de ce scandale afrosexuel, nos autorités gabonaises aient néanmoins permis que de tels programmes anticonformistes, soient diffusés en continu, c’est à dire 24h/24h sur le bouquet Canal+. Permettant ainsi d’étaler aux yeux des gabonais, une Afrique sexuelle volontairement impudique, esthétiquement rabaissée et insidieusement caricaturée. Mieux encore, elle n’a pas pensé que de tels contenus puissent tomber sous les yeux de nos enfants durant leurs jours de repos. Le traumatisme serait alors grand et les dégâts irréparables. On a vraiment touché le fond !!

SARCASTIQUEMENT VÔTRE.

 
GR
 

8 Commentaires

  1. Lafayette dit :

    Le décor est à l’image du quotidien des acteurs. pensez-vous qu’il eut été plus juste de tourner les scènes dans des palaces alors que les acteurs vivent dans des taudis? a mon humble avis, les spectateurs ne s’y retrouveraient pas.

  2. Francis MVE dit :

    Les gens ont le temps de se plaindre de cela… Dorcel Afrique démarre comme elle peut… Elle investit dans les décors et mise en scène selon les gains espérés. Cela me parait être une perte de temps et un sujet d’arrière garde. Looool.

    • Biswe dit :

      « Une perte de temps et un sujet d’arrière garde »?…vos standards ne vont pas voler bien haut on dirait.Le sexe est « sale » par nature,voila pourquoi on s’y prépare, se lave, s’essuie et se lave après. Si à cela il faut ajouter une esthétique des corps des lieux aussi douteuse, vous n’avez même l’heur d’imaginer l’image catastrophique que l’on donne des africains. Adepte de « l’eau sale éteint le feu »?

  3. Paul Bismuth dit :

    Dorcel Afrique se dit surtout que le public africain n’est pas exigeant et espère réaliser du chiffre et des bénéfices en effectuant des investissements ridicules. L’Afrique est vraiment cet endroit où on se remplit les poches en ne s’embarrassant d’aucune éthique.

    • Fille dit :

      Tout à fait d’accord avec vous. Qu’ils gardent donc leurs vices, nous avons les nôtres. En Afrique, le sexe ne s’étale pas, il se vit de manière purement naturelle. Si c’est cela être évolué et civilisé, non merci. Notre jeunesse déjà bien désorientée a besoin d’autre chose. Que fait la Hac ne réagit pas ? Ne devons-nous pas protéger l’éducation de nos populations abandonnées à elles-mêmes ? La meilleure façon à la portée de n’importe qui est de zapper ce genre de chaîne.

  4. madamba dit :

    J’aimerais vraiment être recruter par vous

  5. Essono Alexis dit :

    Je suis fan et aimerais exercer dans vos actives car c’est l’une des mes passion

Poster un commentaire