HABANA

Après les partenariats sur les zones économiques spéciales de Nkok et de l’île Mandji et le développement de 100 000 hectares de culture d’huile de palme, le gouvernement gabonais et le groupe Olam viennent de conclure un nouveau partenariat portant sur la culture des hévéas.

Récolte du caoutchouc sur les hévéas Olam Gabon

Il s’agit d’un partenariat de 91,5 milliards de francs CFA pour le développement d’une plantation de caoutchouc et d’une usine de transformation. «L’un des éléments clés de notre stratégie à long terme est d’investir sur des cultures porteuses dans des pays qui possèdent un environnement compétitif dans ce secteur. Nous estimons que le Gabon est un des pays les plus compétitifs pour investir dans les plantations en caoutchouc du fait de la disponibilité des terres, de la qualité du sol, des conditions agro-climatiques et grâce au soutien sur le long terme et aux avantages fiscaux offerts par le gouvernement gabonais pour des projets de cette envergure», a expliqué Gagan Gupta, patron d’Olam Gabon.

La joint-venture, dans laquelle le gouvernement gabonais aura une prise d’intérêts de 20%, permettra la création d’une plantation de 28 000 hectares dans la zone de Bitam, dans Woleu-Ntem (Nord). Après une phase de plantation qui commencera en 2013 pour s’achever en 2019, la première récolte est prévue pour 2020 avec, à terme, une capacité de production de 62,000 tonnes par an.

Pour Magloire Ngambia, ministre gabonais en charge de la Promotion des Investissements, ce nouveau projet s’inscrit en droite ligne des partenariats recherchés par le gouvernement gabonais et en cohérence avec la stratégie de développement du Gabon Emergent, soulignant que ce partenariat inclus également la construction de 3366 logements, d’écoles et d’un centre de santé. La constitution de ce nouveau basin d’emplois dans le nord du pays répondra ainsi aux meilleurs standards internationaux en termes de politique RSE (responsabilité sociale des entreprises).

«Le développement de ces 28 000 hectares de plantation de caoutchouc en partenariat avec Olam correspond à notre volonté de diversifier notre économie sur la base d’une réelle valeur ajoutée pour le Gabon. Cette valeur ajoutée est présente à la fois dans la construction d’une usine de transformation qui répond à notre ambition d’industrialiser notre économie, mais également au niveau des impacts socio-économiques de ce projet. A terme, plus de 6000 emplois directs et 5000 emplois indirects seront créés, avec en soutien un réel programme de formation assuré par Olam autant pour des postes qualifiés que pour la main d’œuvre nécessaire au niveau des plantations et de l’usine. Il s’agit donc pour nous d’un projet structurant qui s’inscrit en droite ligne avec notre plan stratégique pour faire du Gabon un pays émergent à l’horizon 2025 et pour le développement des zones rurales», a soutenu Magloire Ngambia.

Par ailleurs, la dimension environnementale a également été prise en compte avec une étude d’utilisation des terres réalisée en amont et un bilan carbone, selon les nouvelles directives du Plan Climat du Gabon.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. LE GABON PERFORMANT dit :

    C’est vraiment bien pour le pays, cette nouvelle collaboration va permettre l’atteinte des objectifs fixés par le chef de l’Etat progressivement et cela a un impact sur le pays et son développement.

  2. Yves dit :

    Yéééééééééééé!

    Quand Hevegab est venu vous avez dansé, et après?
    Quand SIAT-Gabon est venu vous avez danse et après?
    Cette manie de danser à chaque annonce! Oui c’est bien ça le Kounabelisme comme dit l’autre frère.

Poster un commentaire