mdas

A l’initiative du ministère gabonais des Eaux et Forêts et de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), s’est ouvert le 30 août à Libreville, l’atelier de lancement projet de développement d’un système d’inventaire des ressources forestières nationales.

Exploitation forestière à Lastoursville - © Arias Danger Aimée/gabonreview.com

Financé pour une durée de trois ans par le gouvernement nippon à travers la Jica, le projet permettra ainsi au Gabon, le projet vise à établir la carte de base de l’état forestier du Gabon, comme l’a souligné l’ambassadeur du Japon au Gabon, Masao Kobayashi. Autrement dit, il permettra au Gabon de mieux connaitre, mieux préserver, mieux valoriser et mieux gérer durablement ses 22 millions d’hectares de forêt.

«Concrètement, les équipements seront d’abord mis à disposition dans le cadre du projet Préservation des forêts en République gabonaise. Ces équipements ont fait l’objet d’un don de 3,8 milliards de francs CFA, assorti d’une formation de trois mois ayant permis à des stagiaires gabonais d’acquérir des connaissances de base relative à certains logiciels d’analyse d’images satellitaires», a expliqué le représentant résident de la Jica au Gabon, Shigeo Yagamata, relayé par Gabon Matin.

«Au cours des trois prochaines années, neuf spécialistes japonais partageront leurs connaissances techniques afin de renforcer les compétences de la partie gabonaise, afin de réaliser l’objectif visé, qui est de faire en sorte que le système d’inventaire forestier soit géré durablement et de lanière autonome par les agents gabonais des Eaux et Forêts», a-t-il poursuivi.

Le projet contribuera à la réduction des émissions de gaz à effet de serre provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD+).

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire